Lloyd Singer : Seuls au monde

. . Aucun commentaire:
On avait laissé Lloyd Singer dans de sales draps, aux prises avec le serial-killer surnommé « la chanson douce ». Conclusion du second cycle avec ce troisième album intitulé « Seuls au monde ».

Lloyd Singer a toujours été au premier plan dans cette affaire : le premier à nouer un semblant de lien avec la première victime encore en vie, le premier sur la bonne piste… à peu de choses près. Capturé par « la chanson douce », il pouvait craindre le pire. Une seule chose à faire, se résigner et accepter son sort. Mais c’était sans compter sur l’empathie, ce sentiment complexe capable de rapprocher des êtres en apparence si éloignés.

Ce qui se passa entre eux, Lloyd le raconte à l’agent De Vries après avoir été récupéré dans une maison isolée. Le tueur ne s’est pas contenté de l’épargner, il a prévenu et renseigné le FBI. Paradoxalement, il aura trouvé en Lloyd le confesseur qui lui manquait, celui qui aura su dépasser l’horreur pour tenter de comprendre.

Luc Brunschwig multiplie à nouveau les flashbacks dans ce dernier tome en forme d’oraison funèbre. Ce procédé, toujours aussi maîtrisé, est pour beaucoup dans le charme de la série. Il offre de l’épaisseur au récit, aux personnages, sans passer par des artifices.

Brunschwig surprend en prenant un chemin de traverse pour clore ce chapitre. On pouvait s’attendre à une course-poursuite entre le tueur et le FBI, avec sauvetage in extremis. Il n’en est rien. Cela confirme l’intérêt des auteurs pour leurs personnages, qui passent toujours avant l’action.

J’apprécie toujours autant le travail d’Olivier Neuray, peu emphatique et efficace. Cette orientation graphique cadre bien, il me semble, avec le personnage de Lloyd, en apparence assez commun, mais tant clairvoyant. Olivier Neuray passera la main à Olivier Martin pour la suite de la série.

Un second cycle clos de fort belle manière par le duo Brunschwig/Neuray, fin, touchant, intelligent. Lloyd Singer méritait effectivement une seconde chance, il eut été dommage de le voir disparaître ; Grand Angle lui a intelligemment offert. Pour conclure, un petit toast pour Olivier Neuray en lui souhaitant bonne chance pour ses futurs projets !


Scénario : Luc Brunschwig - Dessins : Olivier Neuray - Editeur : Grand Angle 
Série en cours - 3 tomes (cycle 2).



Vous avez aimé cette chronique ? Pensez à vous inscrire à la newsletter et/ou au flux RSS pour être informé des prochaines publications.
Get this Related Posts Widget

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

COUPS DE COEUR DU MOMENT :

un titre ? un auteur ?

REJOIGNEZ-NOUS SUR FACEBOOK

DOSSIERS / GUIDES

ARCHIVES