Scalped - Aaron / Guera

. . Aucun commentaire:
 
Après Fables, 100 bullets et d’autres, Urban Comics continue son exploration du catalogue Vertigo avec Scalped, série noire au possible signée Jason Aaron et R.M. Guera. On y retrouve la misère des réserves indiennes, la déchéance de leurs populations, le danger qui y rôde. Et si, bien sûr, on est dans l’exagération, c’est peut-être une juste une façon abrupte de remettre en lumière les pans noirs de l’histoire américaine.

Un homme au crâne rasé se fait interpeler par une bande dans un bar de Prairie Rose, une réserve indienne du Dakota du Sud...

Ni une ni deux, il sort son nunchaku et explose une bonne dizaine de gus avant de se faire maîtriser et ramener manu militari chez le chef et caïd du coin, Red Crow. On s’attend au pire, mais le boss le connaît bien. Il propose à Dashiell Bad Horse, puisque c’est son nom, de rentrer à son service dans sa milice, enfin sa « police tribale ».

Bad Horse accepte sans trop rechigner. Cela fait quinze ans qu’il n’est pas revenu sur ces terres, celles de son enfance. Passé par divers sports de combats et universités, par la guerre au Kosovo aussi, il présente toutes les compétences pour le job. Sauf qu’il n’y a qu’une seule chose qui l’intéresse : remplir sa mission, enfin celle que lui a assigné son employeur, le FBI : coincer ce Red Crow, truand notoire sur la voie de la respectabilité avec l’ouverture prochaine de son casino.

Le scénario possède tous les ingrédients d’un bon roman noir : un anti-héros parfait, une intrigue, une historicité et une violence omniprésente, dans tous les rapports humains. C’est ce qui frappe en premier lieu quand on débute la lecture : il n’y a pas que cette violence physique, il y a cette oppression constante de chaque habitant, pour des raisons souvent identiques : la pauvreté, l’alcoolisme, la drogue.

Jason Aaron dresse un portrait brutal du sort réservé aux Indiens d’Amérique. Paupérisés, parqués, déshumanisés. Même si l’on se doute que le trait est un peu forcé (et puis il s’agit quand même d’un hardboiled), l’idée forte est là : quelles que soient les raisons des assassinats, les détournements d’argent, etc, il y a aussi des causes impérieuses, extérieures.

Le dessin de R.M. Guera rend fidèlement l’esprit du scénario, avec des ambiances glauques, des visages constamment au bord du gouffre, la bave aux lèvres. Il navigue bien dans les nombreux flashbacks ; on y retrouve d’ailleurs une couleur un peu surannée, bien sentie et qui confère à l’œuvre un côté « grand classique ».

La réédition de qualité des deux premiers tomes de Scalped offre une excellente occasion de découvrir ce must du catalogue Vertigo. A la croisée du roman noir et du western, la série enchaîne les portraits de ces gueules cassées d’un autre continent, aux prises avec leurs démons. C’est particulièrement dur, mais vraiment très bon. A ne pas manquer !




Scénario : Jason Aaron - Dessins : R.M. Guera 
Editeur : Urban Comics - Série en cours - 2 tomes. 





Vous avez aimé cette chronique ? Pensez à vous inscrire à la newsletter et/ou au flux RSS pour être informé des prochaines publications.



Get this Related Posts Widget

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

COUPS DE COEUR DU MOMENT :

un titre ? un auteur ?

REJOIGNEZ-NOUS SUR FACEBOOK

DOSSIERS / GUIDES

ARCHIVES