A certain magical index - KAMACHI / KOGINO

. . Aucun commentaire:
Originellement sous forme de light novel, To aru majutsu no Index a été décliné en manga et en anime. Si la première déclinaison manga était en réalité un spin-off de la série, A certain magical Index, dont les deux premiers tomes sont sortis début juillet chez Ki-Oon, reprend le scénario des romans. Où il est question de pouvoirs, de lycéens, et de 103 000 volumes mis à l’index et « absorbés » par une jeune nonne.

Tôma est un jeune étudiant de la Cité académique. Dans cette ville, tous possèdent des pouvoirs, développés au fil des années grâce aux enseignements dispensés. Classés selon une échelle de niveaux, chacun a cependant une spécialité, maîtrise d’un élément, d’une science,… 

Tôma, lui, est un peu à part : le seul pouvoir qu’il possède, couplé à une terrible malchance lorsqu’il en use, est l’ « imagine breaker », un briseur d’illusion. En clair, il peut avec sa main droite annuler tout pouvoir magique, quel que soit le level de son adversaire.

Il va rencontrer, affalée sur son balcon après une rude course-poursuite, une jeune nonne prénommée Index. Elle fait partie de l’organisation Necessarius, rattachée à l’Eglise Anglicane, et tire son nom de son don mémoriel : elle a en effet emmagasiné dans sa mémoire les 103 000 volumes de sorcellerie mis à l’index par l’Eglise. Devenue de fait source de nombreuses convoitises, elle cherche à échapper à de redoutables magiciens. Tôma pourra-t-il lui venir en aide ?

En ouvrant le manga, je n’avais aucune idée de ce que j’allais y trouver : mais l’accroche sur fond d’index et de sorcellerie était plutôt tentante. Las, le récit refroidit vite, mal mené, fouillis malgré un nombre d’informations restreint. Car, à dire vrai, on n’apprend pas grand-chose, ni sur les personnages, ni sur leur univers dans ces deux tomes.

On s’interroge donc sur ce qu’il pourra bien advenir de la série : aura-t-on droit à un condensé mal dosé des romans, ou le rythme va-t-il s’accélérer ? Car, en lisant ça et là des informations sur les romans, il semble pourtant bien que l’univers y est très développé, avec une foultitude de personnages.

Graphiquement par contre, même si rien ne sort de l’ordinaire, la série s’en sort nettement mieux. Les personnages sont bien croqués et le dessin est de qualité ; on pourrait cependant espérer un peu mieux du côté des décors, souvent absents ou répétitifs (ah, les dalles des établissements scolaires !).

Les deux premiers tomes de A certain magical index m’ont laissé perplexe : si l’idée de départ est séduisante, on s’ennuie ferme et on se demande si la tendance sera capable de s’inverser. Les romans (déjà plus d’une trentaine de volumes) semblent receler une certaine richesse pour l’instant absente de son adaptation. Le travail de Ki-Oon reste, quant à lui, d’excellente qualité. On attendra la suite pour se prononcer.




Scénario : Kazuma KAMACHI - Dessins : Chuya KOGINO 
Editeur : Ki-oon - Série en cours - 2 tomes.
© Kazuma Kamachi / ASCII MEDIA WORKS © Chuya Kogino / SQUARE ENIX CO., LTD.




Vous avez aimé cette chronique ? Pensez à vous inscrire à la newsletter et/ou au flux RSS pour être informé des prochaines publications.



Get this Related Posts Widget

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

COUPS DE COEUR DU MOMENT :

un titre ? un auteur ?

REJOIGNEZ-NOUS SUR FACEBOOK

DOSSIERS / GUIDES

ARCHIVES