Bride stories - tome 4

. . Aucun commentaire:
L’attente fut longue ! 9 mois peu ou prou. Et cette fois-ci, c’est fait, nous avons rattrapé la parution japonaise. Autant dire que l’on devra désormais patienter longtemps entre deux tomes (1 an ?). Toujours est-il que cette longue coupure, après des parutions très rapprochées des premiers tomes, avait un peu émoussé mon intérêt pour la série. C’était donc avec un peu d’appréhension que je me suis lancé dans ce quatrième tome.

Le tome démarre sur un petit retour en arrière agréable autour du personnage d’Amir et de son clan, menacé par les armées russes. Cette petite introduction passée, nous retrouvons notre « fil rouge », l’ethnologue Smith. Après avoir dû se résoudre à laisser la belle Talas, il a repris sa route vers Ankara.

Contraint à une halte au bord dans une ville portuaire de la mer d’Aral, il va y exercer un peu contre son gré le métier de médecin, ou plutôt guérisseur. Cet intermède va nous faire rencontrer des jumelles, Layla et Leyli. Belles mais au caractère bien trempé, elles s’interrogent avec quelque anxiété sur les intentions de leur père : pourquoi ne sont-elles pas déjà promises à de beaux et riches jeunes hommes ? Elles sont bien décidées à prendre les choses en main.

On l’avait bien compris, même si elle aura du mal à totalement délaisser ses premiers personnages, Amir et Karluk, Kaoru Mori prend prétexte du voyage d’études de Smith pour dresser une galerie de portraits et de situations. Ici, à travers ces jumelles fortes têtes, l’auteure met un peu de côté le drame latent que l’on ressentait fortement dans les précédents tomes. On est plutôt dans un registre burlesque et léger.

Du coup, ce tome est très agréable à lire, on sourit souvent et l’on s’attache vite. Mais globalement, il semble moins fouillé que les précédents : moins de signes de l’Histoire en marche, moins de détails sur l’artisanat, les coutumes et la culture, et aussi du coup des dessins moins détaillés. En effet, cette omniprésence documentaire des débuts avait quelque chose d’étonnant, d’inattendu, et donnait au récit une teinte véritablement unique. Ici, le récit devient plus classique ; ses dessins, malgré la maîtrise de Mori, deviennent plus anodins.

Ce quatrième tome de Bride stories, pris comme un intermède, est d’une douceur des plus plaisantes. On suit ces deux gamines, vexées comme des poux de n’être pas encore promises, on s’amuse de leurs stratagèmes et de leur naïveté. Reste que l’on espère que la suite retrouvera ses descriptions des coutumes, des étoffes, des cuisines, etc ; bref, toute cette richesse qui conférait au récit un caractère hors normes.


 > chroniques des autres tomes


Scénario & Dessins : Kaoru Mori - Editeur : Ki-oon - Série en cours - 4 tomes.
OTOYOMEGATARI © 2009 Kaoru Mori / ENTERBRAIN, Inc.



  
Vous avez aimé cette chronique ? Pensez à vous inscrire à la newsletter et/ou au flux RSS pour être informé des prochaines publications.

Get this Related Posts Widget

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

COUPS DE COEUR DU MOMENT :

un titre ? un auteur ?

REJOIGNEZ-NOUS SUR FACEBOOK

DOSSIERS / GUIDES

ARCHIVES