Texas Cowboys - Trondheim / Bonhomme

. . Aucun commentaire:
Deux ans après Omni-visibilis, le duo Lewis Trondheim/Matthieu Bonhomme s’était lancé dans un western-feuilleton en supplément au journal de Spirou. Ce sont ces épisodes qui ont été compilés sous le titre Texas Cowboys, The best wild west stories published. Des destins qui s’entrecroisent dans cet ouest sauvage, entre attaques de banques, poker et règlements de comptes. 

Harvey Drinkwater est journaliste à Boston. Suite à un concours de circonstances, il est envoyé par son patron pour réaliser un reportage sur le Hell’s Half Acre, le pire bouge que le Texas, et par conséquent le pays entier, puisse compter. 

En arrivant sur place il va croiser la route d’Ivy, mec un peu paumé mais aux conseils avisés. Vont se télescoper une foule de personnages, avec chacun son histoire, ses galères et sa fin, parfois tragique…

L’histoire démarre de manière anodine, avec le grand classique du pied tendre qui débarque dans la rudesse de l’ouest. On s’attend ensuite à l’enchaînement habituel de la première humiliation par le caïd du coin, la perte des illusions et l’endurcissement. Sauf que d’emblée le récit nous embarque dans un entrelacement d’histoires et de temps. Lewis Trondheim a ciselé son scénario et réussit à créer un suspens autour de parfois pas grand-chose. Il recrée une atmosphère pesante, lourde, dans la droite ligne de ce que le grand ouest représente dans l’inconscient collectif.

Cet habile scénario prend tout son sens avec le dessin et la construction de Matthieu Bonhomme, encore une fois très inspiré. Le dessinateur de Messire Guillaume et du Marquis d’Anaon prouve une nouvelle fois tout son talent : avec une économie de détails, il restitue au mieux les tensions, les ambiances, et sait créer des gueules qu’on n’oublie pas.

Ces Wild west stories sont plus qu’un simple délire ou qu’un exercice de style ; ils retracent les destins aventureux que comptait l’ouest légendaire. Un monde fait de violence et de rêves de fortune. De ces portraits ressort la figure de Betsy Marone, femme fatale et meurtrie. Lewis Trondheim et Matthieu Bonhomme font mouche !




Scénario : Lewis Trondheim - Dessins : Matthieu Bonhomme
Editeur : Dupuis - Récit complet.






 

Vous avez aimé cette chronique ? Pensez à vous inscrire à la newsletter et/ou au flux RSS pour être informé des prochaines publications.

 
Get this Related Posts Widget

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

COUPS DE COEUR DU MOMENT :

un titre ? un auteur ?

REJOIGNEZ-NOUS SUR FACEBOOK

DOSSIERS / GUIDES

ARCHIVES