Les aventures d’El Spectro - Rodier / Antoine

. . Aucun commentaire:
Quand on parle de Lucha Libre, on pense bien sûr en premier lieu à la série des Humanoïdes associés (Tikitis, Luchadores Five, etc) et à Mutafukaz. Je suis tombé il y a peu sur Les aventures d’El Spectro d’Yves Rodier et Frédéric Antoine, qui fleurent bon les séries d’antan, avec savant fou et sauveur providentiel. En l’occurrence, ici, le sauveur n’est pas reporter mais luchador.

L’histoire commence par un crash aérien sur l’Aconcagua, point culminant de la Cordillère des Andes. Les passagers, miraculeusement rescapés, vont se heurter à une visite inattendue : celle d’Ukumar, abominable homme des neiges local. 

Fort heureusement, parmi les rescapés se trouve El Spectro, champion de lucha libre, qui sauvera tout le monde de la bête, et en premier lieu la belle Marina Topalov, grand maître d’échec.

Quelques temps après on retrouve les deux nouveaux amoureux pour des vacances bien méritées sur la riviera espagnole. Arrivés à la réception de leur hôtel, ils sont interpellés par une journaliste people bien décidée à obtenir une interview exclusive du luchador. Alors que l’interview démarre, Marina est enlevée par un étrange professeur accompagné d’homme-insectes. Le sang d’El Spectro ne fait qu’un tour et il se lance à leur poursuite…

Yves Rodier s’est fait connaître en terminant l’Alph-Art, aventure de Tintin inachevée. On reconnaît d’ailleurs sans mal l’influence des grandes séries d’aventures sur le travail des deux auteurs. On trouve dans cette histoire tous les ingrédients nécessaires à un récit trépidant et léger : un héros increvable, une belle dulcinée en danger, un méchant dérangé et prêt à dominer le monde, et enfin du dépaysement.

Frédéric Antoine fait donc dans la tradition, l’île du docteur Moreau en tête. Tradition, mais pas caricature. Le scénario se déroule en effet sans anicroches et réussit à trouver une véritable identité autour de son personnage principal. Le dessin de Rodier est tout à fait dans le ton, c’est vif, rond et bien colorisé. 

Ces Mutants de la lune rouge, premier tome des aventures d’El Spectro, ressuscite le plaisir de la franco-belge d’après-guerre. Sans faute de goût, Rodier et Antoine lancent leur héros sur les traces de Gil Jourdan, illustre aîné. Rien n’est particulièrement innovant, mais on se laisse agréablement emmener par cette aventure rafraîchissante et régressive. 




Scénario : Frédéric Antoine - Dessins : Yves Rodier
Editeur : Le Lombard - Série en cours - 1 tome.  




Vous avez aimé cette chronique ? Pensez à vous inscrire à la newsletter et/ou au flux RSS pour être informé des prochaines publications.
Get this Related Posts Widget

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

COUPS DE COEUR DU MOMENT :

un titre ? un auteur ?

REJOIGNEZ-NOUS SUR FACEBOOK

DOSSIERS / GUIDES

ARCHIVES