King's Game - Kanazawa / Renda

. . Aucun commentaire:
C'est l'excitation ce matin-là dans la classe de Nobuaki. Tous les élèves ont reçu un mail durant la nuit, lançant un défi à deux d'entre-eux, qui consiste à les faire s'embrasser. Ce "King's Game", lancé par le roi lui-même, pose quelques règles : les étudiants ont vingt-quatre heures pour réaliser le défi et aucun abandon ne sera accepté.

Les moqueries et provocations fusent dans tous les sens, l'ambiance est bon enfant. Les deux élèves finissent par s'embrasser et le jeu se termine dans un éclat de rire général. Mais la nuit suivante, un nouveau challenge est lancé et ainsi de suite chaque nuit.  

Les défis sont de plus en plus sournois, le roi créé des situations embarrassantes et immorales. Les lycéens qui refusent de se soumettre découvrent la sanction qui les attend : la mort. Ce qui passait pour un jeu amusant devient alors un mécanisme terrifiant. Si au départ les étudiants se rassurent en faisant passer les morts pour des suicides qui n'ont rien à voir avec les règles du jeu, ils sont bien obligés d'admettre à un moment que tout cela est bien réel et que leurs vies sont en danger. Mais qui est le roi ? Qui s'amuse ainsi à tirer les ficelles et à exécuter froidement les perdants ?

Ce premier tome de King's Game reprend un concept maintenant bien connu, exploité dernièrement dans d'autres titres tels que Doubt ou Judge (et la série de films Saw évidemment), qui consiste à faire jouer les protagonistes à des jeux macabres contre leur volonté et les tuer en cas d'échec ou d'abandon. En cela rien de bien nouveau, si ce n'est que le rythme et la narration de King's Game sont très bien menés et que l'on lit le manga d'une traite, sans jamais ressentir le moindre ennui.

Mais paradoxalement le titre a beau être captivant, il n'est pas exempt de défauts. Les très nombreuses invraisemblances ont tout de même tendance à venir un peu gâcher l'histoire. Les réactions de certains élèves face à la mort de leurs camarades, l'école qui met un temps fou à intervenir et continue à laisser venir en cours les étudiants de cette classe malgré l'hécatombe, la façon dont décède l'un d'entre eux, dans des circonstances bien étranges…

Difficile de se faire une réelle idée de la valeur d'un titre au tel concept en un seul tome. Pour l'instant le scénario réussit à nous tenir en haleine, les défis sont bien tordus (mettant assez souvent des épreuves sexuelles en jeu…) et l'ensemble éveille la curiosité. Espérons que le deuxième tome permettra de se faire un avis plus concret. A noter que la série est terminée au Japon en 5 tomes.




 
Scénario : Nobuaki Kanazawa - Dessins : Hitori Renda 
Editeur : Ki-oon - Série cours - 1 tome.  
© Hitori Renda, Nobuaki Kanazawa 2010 / Futabasha Publishers Ltd.



Vous avez aimé cette chronique ? Pensez à vous inscrire à la newsletter et/ou au flux RSS pour être informé des prochaines publications.





Get this Related Posts Widget

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

COUPS DE COEUR DU MOMENT :

un titre ? un auteur ?

REJOIGNEZ-NOUS SUR FACEBOOK

DOSSIERS / GUIDES

ARCHIVES