Orchid - Morello / Hepburn

. . Aucun commentaire:
On a tous (ou presque) bougé la tête avec Zach de La Rocha sur les riffs de Tom Morello. On comprenait aussi, sans rien piger à l’anglais, ce qu’il y avait de contestataire dans les morceaux de Rage Against the Machine

Homme aux nombreux projets, Morello s’est lancé dans le comics avec le scénario d’Orchid, dans lequel on retrouve ce net penchant pour l’altermondialisme et la rébellion. Perfectible, mais pas inintéressant.

Le monde, engoncé dans les excès de la mondialisation, de l’industrialisation et de la dérégulation à outrance, s’est effondré. Le niveau des mers a brusquement monté, engloutissant une bonne partie des terres habitées. 


Se sont alors formées deux castes : celle des nantis, trustant les hauts plateaux épargnés par la catastrophe, et celle des esclaves, luttant pour leur survie dans une immense jungle.

Alors qu’une première révolte était née sous l’égide du Général Chine, personnage emblématique portant un masque rituel, les pauvres retombèrent vite dans leur servitude. Mais quelques années après, les idées révolutionnaires refont surface et commencent à menacer l’ordre établi. Dans ce renouveau, la jeune prostituée Orchid tiendra sans nul doute un rôle majeur…

Rien d’étonnant dans le point de départ du scénario de Morello : cette vision apocalyptique du monde, la division en castes, le renouveau qui naîtra des sans-grades, tout cadre avec son activisme politique. Même si c’est du vu et revu, cette parabole fonctionne toujours bien.
 

Ce premier tome est assez dense et prend le temps d’installer les protagonistes et le cadre dans lequel ils vont évoluer. Mais on peine par moment à s’y retrouver, tant les retours en arrière et l’éclatement du récit sont fréquents. Cet incessant aller-retour entre le déroulement de l’effondrement du monde et les évènements actuels est assez inefficace et embrouille considérablement l’histoire.

Mais globalement, on peut dire que le scénario tient la route, distillant ça et là quelques chouettes idées comme le masque du Général Chine (aux monstrueuses propriétés). Les dessins de Scott Hepburn tiennent la route, même s’ils ne sont pas toujours d’une grande élégance.

Pour ses débuts, Orchid arrive à susciter un intérêt. Cette révolte larvée des gens de rien, dépossédés de leur environnement et de leur liberté, a le charme des utopies. Tom Morello, s’il s’emmêle parfois les pinceaux, réussit son entrée dans la BD. Ce ne sera sans doute pas inoubliable, mais on a envie de savoir ce que devient Orchid et le rôle qu’elle aura à jouer.


Scénario : Tom Morello - Dessins : Scott Hepburn - Editeur : Panini Comics
Collection 100% Fusion Comics - Série en cours - 1 tome.  


 
Vous avez aimé cette chronique ? Pensez à vous inscrire à la newsletter et/ou au flux RSS pour être informé des prochaines publications.
Get this Related Posts Widget

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

COUPS DE COEUR DU MOMENT :

un titre ? un auteur ?

REJOIGNEZ-NOUS SUR FACEBOOK

DOSSIERS / GUIDES

ARCHIVES