Le Fils du Yéti - Didier Tronchet

. . Aucun commentaire:
C’est le jour où un incendie s’est déclaré dans son immeuble que la vie de cet homme (le personnage principal et narrateur) a pris un tournant radical. Il lui fallait évacuer, mais au dernier moment, se demandant de ce qu’il pourrait bien sauver des flammes, il décida d’embarquer avec lui ses albums photos.

Pourquoi ce choix ? Il ne les ouvrait jamais et n’était pas de nature particulièrement nostalgique. Mais en les redécouvrant avec son regard d’adulte, il en distingua certains détails qui avant lui paraissaient anodins. Décidant de regarder en avant, il se débarrasse des albums. Mais des questions sur son passé viennent le troubler. Il entreprend alors de découvrir certains événements que son jeune âge ne lui avait pas permis de comprendre.


Avec cette bande dessinée en noir et blanc publiée dans la très belle collection « Ecritures » de Casterman, Didier Tronchet adapte son propre roman éponyme paru chez Flammarion. Dans ce roman graphique, l’auteur du fameux Jean-Claude Tergal se livre avec une grande part d’autobiographie. Récit intime et profond d’un homme à la recherche de ses origines, Le Fils du Yéti est touchant à de nombreux niveaux. Il y a ces personnes de la famille, que l’on était trop jeune pour vraiment comprendre, les secrets que les parents ont préféré garder de peur d’effrayer, puis les souvenirs d’enfance et d’adolescence, ces madeleines de Proust passant des albums de Tintin aux Beatles.


 Notre personnage a une relation toute particulière avec son neveu. C’est au travers de lui qu’il réussira à comprendre la relation père/fils, le rôle du paternel, protecteur, rassurant et complice. C’est avec lui qu’il décide de partir dans sa maison d’Ardèche, pour des vacances improvisées. Le narrateur ne cessera de voir des signes un peu partout dans ce qui l’entoure, remontant une sorte d’enquête personnelle faite de nombreux indices que lui seul peut comprendre et relier entre eux.

Il y a des deuils que l’on peine à faire et qui nous hantent sans qu’on le sache durant toute une vie. Des choses qui font que notre personnalité est devenue ce qu’elle est, sans que l’on ne comprenne vraiment pourquoi. Puis les sentiments refoulés… Et si l’introspection était un acte nécessaire à chacun, afin d’accepter le passé, ses pertes et déceptions pour mieux envisager le futur ? C’est tout cela et bien plus que soulève cet album, dans un style teinté d’humour, de nostalgie (les fameuses vignettes Panini !) et d’humanité. Un joli coup de coeur.
 


Scénario & Dessins : Didier Tronchet - Editeur : Casterman 
Collection Ecritures - Récit complet.  




Vous avez aimé cette chronique ? Pensez à vous inscrire à la newsletter et/ou au flux RSS pour être informé des prochaines publications.


Get this Related Posts Widget

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

COUPS DE COEUR DU MOMENT :

un titre ? un auteur ?

REJOIGNEZ-NOUS SUR FACEBOOK

DOSSIERS / GUIDES

ARCHIVES