Bilan défi Angoulême 2018

. . Aucun commentaire:

Mon défi de lire les 45 albums de la sélection officielle d’Angoulême 2018 avant le palmarès est réussi ! 
Tout juste : j’ai publié les deux dernières vidéos le samedi quelques heures avant la remise des prix. Du coup, je me dois de faire un petit bilan de ces 54 jours intenses en lectures et découvertes. 

L’idée de ce défi partait d’un constat simple : tous les ans, à l’annonce de la sélection officielle, je me retrouve à n’avoir lu que quelques titres (en général entre 2 et… 4). Cette année, même topo, je n’avais lu que 2 titres : « Ces jours qui disparaissent » et la suite de « Urban ». Je me suis donc lancé le défi de lire tous les albums de la sélection afin de voir si celle-ci était élitiste, originale, farfelue ou si c’était en réalité moi qui étais à la ramasse…

Premier constat : le défi juste annoncé, de nombreuses personnes me souhaitent bon courage et me disent n’avoir quasiment rien lu de cette sélection non plus…dont des libraires et grands amateurs de BD. Malgré ma  démarche d’ouverture d’esprit je me dis que cela ne va pas être si facile mais me lance. 


Au passage, encore un grand merci au Furet du Nord de Lille qui m’a gracieusement prêté les albums et sans qui ce défi n’aurait pu être possible. Ce ne fut pas simple de lire certains albums dont les sujets et/ou les dessins ne m’attiraient pas du tout. Et chroniquer ces albums (en vidéo de surcroit) n’était pas une mince affaire : je ne veux pas détruire le travail de l’auteur, alors c’est toujours difficile de dire que l’on a pas aimé un ouvrage et d’en parler quand on n’est pas enthousiaste. 

Pour résumer : oui, la sélection d’Angoulême est élitiste. Elle regroupe des albums qui ne sont pas toujours faciles d’accès pour le grand public, de par leurs thèmes, leur approche et surtout leur graphisme. Il faut avouer que bon nombre ont des couvertures peu séduisantes. Et même s’il ne faut pas juger un livre à sa couverture, force est de constater que devant le foisonnement de l’offre éditoriale, la couverture joue un rôle d’attractivité essentiel.

Aussi, je pense que le festival cherche à faire découvrir toute la diversité du marché, avec des critères qui  sortent un peu des sentiers battus. Pour le coup c’est très réussi ! Cette année les femmes n’ont pas été oubliées et les différentes nationalités sont plutôt bien représentées. Les thèmes sont variés, les styles graphiques aussi. 

J’ai fait de belles découvertes d’albums que je n’aurais pas lu sans ce défi. Comme quoi quand on laisse ses aprioris de côté, la surprise n’est pas loin. La déception que j’ai par rapport à cette sélection, c’est en fait l’image qu’elle reflète de la BD, dans les médias et surtout face au public néophyte. Nous le savons, cette semaine de janvier est la seule dans l’année où l’on parle de BD un peu partout et je trouve dommage que cette période ne soit pas propice à faire découvrir des titres accessibles aux lecteurs occasionnels.

Le palmarès maintenant. C’est évidemment une question de goûts et je ne sais pas sur quels critères se base le jury. Mais j’avoue avoir été étonnée par les prix du jury, de la série et révélation. Encore une fois, ce sont des albums que je trouve peu accessibles, de par leur sujet, leur graphisme, leur bizarrerie… 

Est-ce que ces prix vont donner un coup de boost à ces titres ? Est-ce que les prix ne sont pas au final qu’une façon de récompenser/reconnaitre ses pairs dans un milieu qui est somme toute assez fermé et confidentiel ? 




Quoi qu’il en soit, je vous livre ici la liste de mes coups de coeur et bonnes surprises (en vrac). De mon côté je vais reprendre les chroniques écrites, au rythme de mes envies, sans rien m’imposer (j’ai eu ma dose ^^) et je vous dis donc : à très vite, pour la suite ;)


La Terre des Fils - Gipi
Voyages en Égypte et en Nubie de Giambattista Belzoni
Lapinot - Un monde un peu meilleur
Urban - Luc Brunschwig et Roberto Ricci
La cantine de minuit - Yarô Abe
Dans la combi de Thomas Pesquet de Marion Montaigne
Le monde à tes pieds - Nadar
L’Inconnu d'Anna Sommer
Tokyo Alien Bros. - Keigo Shinzô
Empress - Millar/Immonen
Bangalore - Simon Lamouret





Vous avez aimé cette chronique ? Pensez à vous inscrire à la newsletter et/ou au flux RSS pour être informé des prochaines publications.
Get this Related Posts Widget

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

COUP DE COEUR DU MOMENT :

un titre ? un auteur ?

REJOIGNEZ-NOUS SUR FACEBOOK

DOSSIERS / GUIDES

ARCHIVES