Bullet Points : Trajectoires en vol

. . 1 commentaire:
Ce 100% Marvel est basé sur le concept du "What if..." ces sortes d'uchronies de la maison aux idées. Ça tombe bien j'adore ça remettre en cause plein de choses. L'histoire qui nous occupe ici commence par une balle tirée 24 heures plus tôt qu'elle ne l'aurait due. Et de cette balle loin d'être innocente vont découler de nombreux événements qui ne se seraient pas passés ainsi, dans un autre temps.

Straczynski entame son récit en nous montrant des exemples historiques de balles qui ont changé le cours de l'humanité : de l'assassinat de l'Archiduc François-Ferdinand à celui de Martin Luther King, en passant par Gandhi et Kennedy.

Deux guerres mondiales, un conflit musulmans-hindous toujours d'actualité, l'escalade de la guerre du Vietnam et de nombreuses émeutes et tensions raciales sont les résultats de ses meurtres. A chaque fois, l'histoire a basculé en quelques secondes pour ensuite changer le cours de millions de vies.

Sur la terre 616, c'est à la vieille de la première injection de son sérum de super-soldat que le Docteur Erskine est abattu par un nazi. Victime collatérale, Ben Parker, jeune marié en service, meurt sur le coup. Captain America n'aura jamais l'injection qui fera de lui le héros que l'on connaît. Mais on ne change pas ainsi la nature des gens et c'est sous l'énorme et imposante armure de l'iron man, un projet militaire, que Steve Rogers défendra sa patrie.

Quelques années plus tard, le jeune Peter Parker, orphelin élevé par sa tante, est en manque de repères. Il n'a pas eu de figure paternelle à la maison pour le remettre dans le droit chemin et il sèche les cours, a des accrochages avec la justice et un grand manque de discipline. Un jour lors d'une virée dans le désert avec des copains, ils se retrouvent en panne d'essence. Allant chercher des secours, Peter se retrouve au mauvais endroit, au mauvais moment, en plein milieu d'une zone de test de la bombe gamma...

Ajoutez les participations de Red Richards, Bruce Banner et Tony Stark (ainsi que quelques autres petites apparitions) tous confrontés à un avenir différent de celui qui les attendait. Ici pas d'histoire de continuité, il suffit simplement de connaître un tout petit peu les personnes précitées pour profiter pleinement des changements et allusions à l'histoire originale. Straczynski a bien ficelé son scénario, tout se recoupe très logiquement. Les dessins de Tommy Lee Edwards sont assez réalistes et matures. Ses traits sont un peu grossiers, mais cela a son charme. Ses couleurs sont un peu "passées" ce qui ajoute à l'immersion dans les passages rétros. Une mini-série agréable, qui nous rappelle que quelles que soient les circonstances, on ne change pas le fond d'un héros.



Scénario : J. Michael Straczynski - Dessins : Tommy Lee Edwards
Editeur : Panini Comics - Collection 100% Marvel.
Get this Related Posts Widget

1 commentaire:

  1. J'adore ce principe d'uchronie. Le problème avec ce type d'écrit ou de desin c'est qu'il faut, peut être plus qu'ailleurs, une vraie réflexion niveau scénario.

    Là il y a l'air d'avoir des pistes intéressantes. Ca a vraiment l'air pas mal

    RépondreSupprimer

COUPS DE COEUR DU MOMENT :

un titre ? un auteur ?

REJOIGNEZ-NOUS SUR FACEBOOK

DOSSIERS / GUIDES

ARCHIVES