Le quartier de la lumière - Inio Asano

. . 5 commentaires:
Le quartier de la lumière raconte la vie des habitants d’un quartier de Tokyo. Ils vivent dans une résidence construite sur une colline qui leur offre une vue et un ensoleillement exceptionnel, d’où le nom qu’ils ont donné a cet endroit.

Tasuku est amoureux de Haruko, mais elle ne le considère que comme un ami. Ils sèchent les cours ensemble tous les jours. Lui a décidé d’aider les personnes suicidaires à accomplir leur volonté et leurs derniers instants dans de bonnes conditions. Haruko s’est fait agresser il y a deux ans et depuis elle attend de retrouver celui qui a fait ça afin de se venger.

Le soleil a beau briller de toutes ses forces, il n’en rend pas le quartier plus reluisant pour autant. Nombreux sont les candidats au suicide. Tasuku récupère leurs téléphones portables une fois leur acte accompli et il en a de plus en plus. La police enquête sur cette série de morts. Quand le père de Haruko tente de l’étrangler, après avoir tué sa maitresse et sa femme pour enfin se donner la mort, cela ne fait que rallonger la liste.

Les sentiments noirs et lugubres du suicide et les raisons qui y poussent les gens, contrastent avec l’amour et les idéaux des adolescents. Ils fuient ce monde rempli d’adultes pourris, ils ne veulent pas devenir comme eux. Mais ils sont déjà si durs et si matures, ont vécus tellement de choses si moches, le point de non-retour est peut-être proche, il va bientôt pleuvoir…

Pas très loin de là Hôichi et Satoshi vivent ensemble, avec un bébé dont-ils pourraient tous les deux être le père. Hôichi a des activités liées à la mafia et est avide d’argent. La prostitution, le piratage informatique et autres magouilles, quel avenir cela apportera à la petite Momoko qu’ils élèvent à deux depuis cinq ans maintenant ?

Le rêve de Hôichi serait de détruire les résidences du quartier de la lumière, pour y retrouver le village d’antan qu’il a connu étant petit. Satoshi, lui, aspire à une vie tranquille, avec son ami et leur bébé, il se sent bien dans cette vie à trois et puis il n’a nulle-part où aller. Un jour Hôichi décide de kidnapper le directeur d’une grosse entreprise pharmaceutique afin de faire du chantage et empocher un gros paquet d‘argent, mais cela ne se passe pas comme prévu…

Tous les personnages se croisent dans ce quartier et dans leurs vies. Certains destins sont liés, plus qu’on ne pourrait en fait le penser. Ils passent tous à un moment au même endroit, devant un distributeur de boissons, témoin de plusieurs événements majeurs de leurs histoires.

Ce manga présente en one-shot une analyse sociale très réaliste, assez pessimiste, mais qui ne verse jamais dans le mélodrame. Inio Asano est un jeune mangaka prometteur en tout début de carrière, dont les œuvres sont d’une grande maturité. En soulevant les problèmes de la société moderne, au travers de ses nombreux protagonistes, il nous invite à la réflexion.

Derrière le soleil et sa lumière se cachent les nuages…



Scénario & Dessins : Inio Asano - Editeur : Kana - Collection Made in - One shot.
© by ASANO Inio / Shogakukan



Vous avez aimé cette chronique ? Pensez à vous inscrire à la newsletter et/ou au flux RSS pour être informé des prochaines publications.

Get this Related Posts Widget

5 commentaires:

  1. Je suis véritablement allergique au manga, mais celui-ci semble être d'une facture totalement différente de ceux que l'on voit d'habitude. Rien que dans ses thématiques bien dramatiques... Visuellement ça semble beaucoup plus riche aussi...

    RépondreSupprimer
  2. Tu as 3 styles principaux de mangas : le shonen (pour garçon avec l'évolution et l'ascension du personnage), le shojo (généralement romantique, public visé plutôt féminin) et le seinen (destiné à un public ado/adulte, sujets plus violents, sombres, sérieux etc) Bien sûr il ne faut pas généraliser, une fille pourra lire du shonen, tout comme un garçon peut adorer les shojo ;o)

    Mais pour un adulte ne s'intéressant pas aux mangas à la base et surtout venant du comics, je pense que le Seinen est ce qui corresponds le plus aux attentes : un scénario plus complexe, des psychologies poussées etc

    Le quartier de la lumière en est un parfais exemple, il en existe bien sur d'autres. Le mieux est encore d'essayer, peut être même avant d'acheter (accoudé au rayonnage de ton libraire comme le font beaucoup de gens, chose que je ne cautionne pas mais qui peut être utile pour se faire une idée).

    RépondreSupprimer
  3. En fait, beaucoup de librairies proposent même des fauteuils ou banquettes, ce qui est mieux que la lecture "accoudée". ;o)
    Surtout, sans doute, parce que les gens qui lisent ainsi sont souvent ceux qui achètent le plus. J'ai rarement le temps de lire vraiment en librairie mais le procédé ne me choque pas, d'autant qu'il est encouragé par les libraires.

    RépondreSupprimer
  4. Oui après cela dépend des librairies en questions, si tu vas a la F...C par exemple, les gens sont accoudés, et n'achètent pas, mais en plus ils abiment... grrrr, limite quand tu veux accéder à un rayon tu les déranges lol. Sinon chez mon dealer habituel c'est pas le même esprit, il y a le respect du livre.

    RépondreSupprimer
  5. Ah ça oui, je comprends tout à fait, je connais même des librairies (à l'esprit "grandes surfaces") où les livres sont pré-abîmés avant même (ou pendant) la mise en rayons, ce qui est quand même triste...

    RépondreSupprimer

COUPS DE COEUR DU MOMENT :

un titre ? un auteur ?

REJOIGNEZ-NOUS SUR FACEBOOK

DOSSIERS / GUIDES

ARCHIVES