Bilbo le hobbit - Dixon/Wenzel

. . 5 commentaires:
Un beau jour, alors qu'il est tranquillement en train de fumer sa pipe devant sa charmante demeure de Hobbit, Bilbo Sacquet reçoit la visite du grand magicien Gandalf. Après avoir échangés quelques mots, le semi-homme invite le vieil homme à revenir boire le thé le jour suivant.

Le lendemain, alors qu'il avait presque oublié leur rendez-vous, ce n'est pas moins de treize nains que voit débarquer Bilbo chez lui, suivis du magicien. Ils lui apprennent qu'ils vont partir pour une chasse au trésor, débusquer un dragon du nom de Maug et qu'ils ont besoin de ses talents de cambrioleur.

Bilbo ne sait pas trop de quoi ils parlent, il n'est nullement un voleur. Mais il se laisse entraîner dans l'aventure, lui qui habituellement, en bon Hobbit, ne quitte jamais la Colline. Il ne se doute pas encore de ce qui l'attend et du nombre de rencontres incroyables qu'il fera en chemin. Il en sortira changé à jamais, s'étant fait de nombreux nouveaux amis et ramenant de son périple des souvenirs et des objets bien plus précieux qu'il ne le pense.

____________________

Cet article est rédigé dans le cadre du dossier multi-blogs sur le Seigneur des Anneaux : Le Cinquième Âge de la Terre du Milieu : Le Seigneur des Anneaux à l’heure du blogging.

Voici donc l'adaptation en bandes dessinées de l'histoire qui est considérée comme le prologue du Seigneur des Anneaux. Dès les premières pages on peut remarquer quelques différences par rapport au livre original, la première étant notre Bilbo qui ne s'appelle plus Baggins mais Sacquet. La traduction française n'est pourtant pas là pour coïncider avec les films vu que la première édition de cette BD est parue en 1991. Mais je ne vais pas commencer à faire la liste des petites différences qui parsèment l'ouvrage, nous ne jouons pas ici au jeu des sept erreurs.

Intéressons-nous plutôt à cet ouvrage en tant qu'oeuvre à part entière.

Cette BD a connu plusieurs éditions française. La première est celle de Comics USA/Glénat (en deux tomes, puis un seul) et elle fut rééditée par Vent d'Ouest à l'occasion de la sortie du film de Peter Jackson. On peut la trouver en deux volumes distincts ou réunis dans un coffret. Ces nouvelles versions bénéficient de nouvelles couvertures dessinées par Eric Herenguel (un habitué du genre Heroic Fantasy puisqu'il est, entre autre, le papa de Krän).



Les textes originaux sont retranscrits par Charles Dixon avec beaucoup de respect et parfois pratiquement mot pour mot. Mais ils sont adaptés au format des bulles qui ne permettent pas autant de bavardages qu'un livre. Ils ont donc été retravaillés afin de mieux convenir à ce média. L'avantage de la bandes dessinées est qu'elle vous épargne les longues descriptions en les illustrant. L'inconvénient forcément, c'est que faute de les imaginer il est plus difficile de se les approprier. Il y a aussi quelques détails en moins, mais qui ne gênent en rien la compréhension de cette histoire. Cette adaptation comporte énormément de texte pour une bandes dessinées. Nous retrouvons, comme dans la version originale, le narrateur qui nous guide tout au long du récit.

Les dessins de David Wenzel ressemblent plus aux illustrations que l'on peut voir dans certains contes pour enfants que dans les BD modernes actuelles. A ce sujet les nouvelles couvertures de Eric Herenguel pour la réédition chez Vents d'Ouest sont un peu trompeuses. Ne vous attendez donc pas à retrouver un dessin aussi moderne une fois le livre ouvert. Malgré cet aspect qui au premier abord pourrait déplaire à certains, on se familiarise assez vite avec ces illustrations joliment colorisées à l'aquarelle.

Ceci est la seule bandes dessinées reprenant l'univers de Tolkien que j'ai pu trouver à ce jour. J'ai d'ailleurs eu la confirmation par Zelphalya (Présidente de l’Association Tolkiendil) qu'il n'en existait pas d'autres à part quelques publications amateurs sur internet. Elle m'a fait part à ce sujet d'un projet de Jérôme Lereculey (dessinateur de L'atlas du Seigneur des Anneaux de Barbara Strachey et de la série Arthur) qui a été avorté à l'annonce de la sortie des adaptations cinéma. Apparemment les auteurs ne pensaient pas pouvoir offrir une vision nouvelle après celle qu'ont apporté les films.

Cette adaptation comblera peut être ceux qui voudraient en savoir plus sur le Seigneur des Anneaux en particulier comment Biblo se retrouva en possession de l'anneau unique et sa rencontre avec Gollum (un très bon moment d'ailleurs que leur jeu des devinettes). Elle est une alternative ou un complément à la lecture du livre, mais n'en délivre pas tous les aspects. En revanche elle constitue un excellent moyen d'initier les plus jeunes au monde fantastique de Tolkien.



Adaptation : Charles Dixon - Dessins : David Wenzel
Traduction : Thierry Cailleteau
- Editeur : Vents d'Ouest - Série Terminée – 2 tomes.
Get this Related Posts Widget

5 commentaires:

  1. C'est marrant je m'en souviens je l'avais feuilleté rapidement à la Fnac quand c'était sortit. Le style de dessin (à part la couverture) ne m'avais pas attiré

    RépondreSupprimer
  2. Article intéressant. Par contre, je suis déçu de cette phrase : "Mais je ne vais pas commencer à faire la liste des petites différences qui parsèment l'ouvrage, nous ne jouons pas ici au jeu des sept erreurs."

    J'aurai bien aimé savoir quelles sont les principales différences avec le récit initial. Mais c'est pour chipoter ^^

    C'est vrai que j'imagine bien cette BD comporter pas mal de texte (comme sur une des images). La retranscription du narrateur doit valoir le coup d'oeil aussi.

    C'est quand même dommage d'avoir un trait si "enfantin". Mais en même temps ça correspond bien à la volonté de Tolkien d'en faire un conte pour enfin.

    Je pense me laisser séduire et voir comment le dessinateur à illustrer ce super récit.

    RépondreSupprimer
  3. @Kameyoko je n'allai pas commencer à faire une liste des choses dont on ne parle pas dans la BD. Je préfère ne pas trop en dire pour laisser les lecteurs qui ne l'ont jamais lu découvrir eux-même l'histoire.

    Comme je le dit dans l'article, les différences sont moindres, ce sont surtout des choses qu'on ne précises pas par manque de place, sans que cela ne dénature l'histoire.

    RépondreSupprimer
  4. j'avais bien aimé le bouqin, aprés la trilogie, c'était plutôt reposant de voyager dans les terres du milieu sans croiser une armée d'orques! remarque là, il y a smaug!
    en bd, il me semble l'avoir feuilleté il y a longtemps, je vais peut-être retourner voir!

    RépondreSupprimer
  5. Ah la la, les films de Jackson en font, des émules ! Comme quoi, le cinéma est le divertissement-roi ! :D

    (oui je sais, j'auto-brosse mon champ de compétences dans le sens du poil :p)

    Je ne connaissais pas du tout cet ouvrage, merci donc de me l'avoir fait découvrir.

    RépondreSupprimer

COUPS DE COEUR DU MOMENT :

un titre ? un auteur ?

REJOIGNEZ-NOUS SUR FACEBOOK

DOSSIERS / GUIDES

ARCHIVES