La BD sans encre ni papier ou peut on décemment dématérialiser la BD ?

. . 10 commentaires:

J'en entends déjà certain hurler au scandale.

Oui moi aussi j'aurai hurlé et hurle parfois encore à l'énoncé de cette interrogation. De par ma formation et mon (ancien?) métier je viens de l'imprimerie. Autant vous dire que pour moi, l'odeur de l'encre, du papier (de la colle... je plaisante, quoique...) sont des parfums familiers et précieux. Rien de tel qu'un livre neuf, fraîchement imprimé et l'agréable senteur qu'il dégage (à part les Monster éditions de Marvel dont je trouve l'odeur immonde...). Alors voilà, me priver de cela, c'est comme admirer une superbe rose mais n'en relever aucun effluve.

Pire, me priver du contact du papier, de son toucher si doux, du léger craquement que fait la colle quand on ouvre l'ouvrage pour la toute première fois, de ces couvertures sublimées d'un vernis sélectif, de certaines tranches de collections si belles et harmonieuses une fois réunies, c'est me priver de bien des plaisirs.

Mais, parce qu'il y a forcément un mais..., je suis une très grande consommatrice et si je devais acheter toutes les BD que je lis, mon frigo serait bien vide (non l'amour de la lecture et l'eau fraîche ne suffisent pas malheureusement...). De plus, même si un de mes fantasmes ultime serait de consacrer une pièce entière à mes bibliothèques (avec de bons gros fauteuils, de la lumière directe et tamisée, peut être même un aquarium...) je me demande au final si cela ne correspond pas simplement à un besoin compulsif de possession.

Car ces livres si beaux et bien rangés, je n'aime pas les partager. Oui c'est comme ça, je ne prête pas mes BD et seul mon conjoint a le droit d'y toucher. Parce que de mauvaises expériences ont suffi à me convaincre que beaucoup n'ont pas le même respect du livre que moi et que certains me sont revenus dans de piteux états (quand ils revenaient...). Donc tant pis pour le partage, je préfère en offrir et garde jalousement mes ouvrages.

Mais comble du comble, je ne les relis pas tous et sait pertinemment que je n'aurai jamais le temps de relire l'intégralité de ce que je collectionne depuis plus de 25 ans maintenant. Alors pourquoi collectionner ? De plus c'est une passion très onéreuse et comme dit plus haut assouvir ma soif de lecture n'est pas possible pour mon budget. Alors je revends ce que je n'ai pas vraiment adoré, ce que je ne relirais jamais et fait tourner la collection ainsi, privilégiant la qualité à la quantité.

Puis il y a le prêt. Je suis ce qu'on appelle un rat de bibliothèque. Je passe des heures dans ces endroits qui pour moi sont magiques. Quand je me rends à ma médiathèque qui regorge littéralement de mangas et comics en plus des traditionnelles BD européennes je me transforme en petite fille dans un parc d'attraction. Les yeux émerveillés devant toutes ses œuvres qui m'attendent. Bien sûr j'ai parfois le cœur gros de devoir rendre les ouvrages qui m'ont vraiment emballés. Je sais au fond de moi que ce n'est que partie remise et que je les achèterai plus tard.

Vous voyez où je veux en venir ? non ? Et bien voilà, avec le confort qu'offrent maintenant les écrans et la rapidité avec laquelle je peux lire certains titres, je commence à me dire que la lecture numérique peu en fait m'apporter bien des avantages.

Primo cela me permettrait de lire de la nouveauté que je ne peux trouver en prêt étant donné que les achats en bibliothèques ne sont pas aussi réguliers que les parutions. Ensuite cela me donnerait la possibilité de découvrir une œuvre que je n'aurai pas mise en priorité dans ma liste d'achat faute de moyens. Car les BD "vendues" sur internet sont bien moins chers et donc beaucoup plus accessibles.

L'accessibilité justement ! la BD numérique offre l'accès à la version originale de titres qui ne seront peut-être jamais traduits par chez nous. Et puis quand on part en vacances ou déplacements il est quand même beaucoup plus simple de blinder l'eee pc ou le portable que de se balader avec des BD qui très vite pèsent très lourd.

Je passerai rapidement sur le côté écologique de la chose, mais il est pourtant bien présent également.

Cela me rappelle les débats qui avaient parfois lieux lors de l'arrivée du CD. Je connais des personnes qui vous diront qu'ils trouvent un charme indéniable au craquement d'un bon vieux vinyle et que leurs pochettes grand format et cartonnées sont quand même beaucoup plus belles que les jaquettes des boîtiers cristal. Puis il y a eu le mp3 et maintenant tout vient à se dématérialiser. Alors après tout pourquoi pas nos bandes dessinées ?

Les éditeurs commencent à réfléchir sérieusement à mettre en vente en ligne leurs collections et d'autres ont déjà franchi le pas. Cela ne fera pas s'écrouler le commerce de la BD dans son sens propre, pas plus que les gens qui ont maintenant pris l'habitude de lire accoudés aux rayons des librairies. Cela ouvrira peut être la culture à ceux qui habitent dans des endroits où trouver une librairie digne de ce nom, voir un comic shop, est quelque chose de tout à fait impossible. Et puis les collectionneurs seront toujours là pour acheter de quoi emplir leurs étagères, à n'en pas douter.

Alors après tout, pourquoi ne pas s'ouvrir à la modernité ? Si elle respecte les droits d'auteurs (oui le téléchargement illégal c'est le mal ! ) et qu'elle offre un certain confort de lecture je pense que cela tend à se démocratiser.

Et vous ? seriez-vous prêt à franchir le pas ?


Get this Related Posts Widget

10 commentaires:

  1. Ha, l'éternel problème du respect du livre d'autrui! J'ai perdu bien des BD et autres livres à les prêter en toute confiance ("mais bien sûr que j'en prends soin et que je te le rends...").
    Aujourd'hui, je ne collectionne plus ni les BD ni les livres, je me suis débarrassée c=de ce que tu appelles le besoin de possession, qui décrit très bien ce que je ressentais sans l'avouer. Je lis à la bibliothèque, j'emprunte et je donne volontiers ceux que j'ai encore, sauf une poignée de BD éditions originales que je vendrai, à l'occasion. Cependant, il me paraît inimginable de dématérialiser complètement les BD, pour les raisons que tu décris: d'atres sens que le plaisir des yeux font partie de l'expérience, et c'est irremplaçable...

    RépondreSupprimer
  2. Ginie, tout comme toi j’ai un profond respect pour le livre et pour tout ce qu’il représente.
    C’est plus qu’un simple objet que l’on consomme et que l’on jette. A mon sens cela doit être quelque chose que l’on doit garder, estimer et transmettre pour s’y référer, s’y évader etc.…
    Quand à le dématérialiser, je ne pense pas que ce soit une bonne idée car on revient a une consommation primaire : On lit puis on jette. Et pourtant, de part mon métier, dieu sait si je suis sensibilisé par les nouvelles technologies.
    De plus la lecture et le rendu d’un livre et à fortiori d’une BD sur un écran d’ordinateur n’est pas terrible ; Suivant mon humeur j’ai besoin de lire, soit dans mon lit ou dans mon salon avec une lumière tamisée, soit dans mon jardin sur une chaise longue avec une lumière naturelle. Cette commodité ou cette nuance de lumière pour apprécier un livre ou les dessins d’une BD l’ordinateur ne peut pas ou mal me les apporter.
    Même avec un logiciel ultra performant la lecture d’un livre via un ordi n’est pas confortable.
    J’ai essayé plusieurs fois mais rien n’y fait, je continuerais à acheter, à lire et a garder mes livres, car eux seuls peuvent m’apporter le(s) plaisir(s) que j’attends.

    RépondreSupprimer
  3. Je ne sais pas trop quoi penser de la dématérialisation de la BD et du livre plus généralement. Perso lire sur un écran ça me saoule.

    Et puis je pense que, même si ça peut être intéressant pour certains, je trouve que ça dépersonnalise l'oeuvre et mine de rien pousse au scantrad (dans le cas du manga). Parce que ce qui est intéressant c'est le prix. Mais j'ai peur que petit à petit les mentalités évoluent vers le "mais pourquoi payer ça quand j'ai la même chose gratuitement?"

    Je rejoins aussi Surfer sur la consommation primaire. Ca me fait fortement penser au discours du bouquin que je suis entrain de lire : Farenheit 451.

    Et puis la dématérialisation ne remplacera pas un bon petit livre/ manga/ comic/ BD dans son lit avant de s'endormir

    RépondreSupprimer
  4. héhé, le lit l'endroit privilégié pour lire ? C'est vrai que pour se vider l'esprit avant de s'endormir, rien de tel qu'un bon bouquin.

    Comme tu le dis Kame il existe déjà des scantrads et certains sont d'ailleurs de grande qualité.

    Mais je ne pense pas vraiment que cela empêche l'achat par la suite de la version papier (on utilise un scantrad en général soit pour découvrir une série avant de l'acheter, soit le plus souvent pour suivre les parutions au rythme du pays d'origine et donc l'avoir plus rapidement) mais de là à lire une série d'une 20aine (voir plus) de tomes en scan, faut être téméraire !

    Vous occultez le côté découverte dont je parlai dans l'article. Cela ne vous dérange pas parfois de payer le prix fort pour une BD dont vous n'êtes pas certain qu'elle vous plaira ? (y a qu'a voir les bacs d'occasion en manga, on y trouve une quantité folle de tome 1...)

    RépondreSupprimer
  5. L'avantage du numérique c'est que le prix sera bien plus bas, et les nouveaux e-reader ont l'air confortables à la lecture (je ne le savais pas, mais on m'a dit qu'ils n'étaient pas rétro éclairés donc confortables).
    Mais lire sur un téléphone, perso je trouve que c'est trop petit. Sur l'ordi, ça fatigue tout de même très vite les yeux, et quand on passe sa journée dessus c'est pas terrible de continuer et assis pas tranquillement sans son lit ;-p (je suis une adepte du cocooning lecture avant de dormir !)

    Par contre ce qui peut être intéressant je trouve c'est pour les livres (et comics notamment) RARES, qui coutent bien trop cher, mais en version numérique ce serait l'occasion de se les offrir, de pouvoir les lire sans trop se ruiner. (quand je vois les prix de certains recueils de comics actuels...)

    Les mangas passent bien aussi je pense en numérique.

    Par contre la BD européenne, j'aurai du mal à me passer de "l'emballage", bien qu'envahissant ;-p j'adore caresser mes BDs et admirer des heures une couverture lol

    RépondreSupprimer
  6. Même si je lis énormément de blogs sur Internet, même si je suis les infos via le net également... j'avoue que tout ce qui est livre, j'aime le support papier.

    Une BD, y a moins de choses à lire que dans un roman dirons-nous, et c'est plus visuel. Alors le support numérique n'est peut-être pas une si mauvaise idée que ça.
    Cela dit, je reste persuadée que le support papier a encore de longues années devant lui - pour les livres et les BD... pour la presse, j'en suis beaucoup moins sûre - et c'est ce que je préfère. ^^

    RépondreSupprimer
  7. Je n'ai pas d'apriori même si j'imagine assez mal ce que donnerait une BD franco-belge réduite au format d'un e-reader. En effet, si je devais me mettre à la lecture numérique, ce serait uniquement sur un reader avec encre et papier électronique.

    Ces petits ustensiles high-tech me semblent très intéressants pour toutes les raisons citées plus avant mais le format ne me semble adapté que pour les mangas et comics (en plus des livres bien sur).
    Je rejoins l'avis de Ginie quand au potentiel "découverte" de ce média.

    Il reste le prix un peux prohibitif de ces reader car je reste hermétique aux solutions sur téléphones (trop petits) et sur ordi (pas assez confortables)

    RépondreSupprimer
  8. Pour ma part, je pense que je vais mettre pas mal de temps avant de pouvoir m'y mettre, les bd numériques ne m'attirent pas comme pourrait m'attirer une bd papier.

    Mais comme pour toutes les technologies, un jour je m'y mettrai et je pense et je pense que j'utiliserai ça de la même manière que les mp3, c'est à dire découvrir de nouvelles bd et si elles me plaisent les acheter.

    Du coup, est ce qu'avec les bd numériques, les bd papiers ne vont elles pas évoluer comme les cd le font aujourd'hui en offrant toujours plus de choses avec, un packagin plus soigné, plus de coffrés, etc ...

    en tout cas article intéressant :)

    RépondreSupprimer
  9. Grand amateur technophile geek que je suis reste très partagé sur la dématérialisation de la BD. Mon sentiment et plutôt partagé oui mais non ! Comme le dis Hébus plus haut j'imagine très mal du franco-belge sur une tablette quel que soit son format et sur un téléphone c'est inbitable ainsi qu'un ordi!

    OUI en ce qui concerne les livre et les comics grâce à des reader comme le kindle pour les livres et les app comixology pour les comics.

    Mais

    Non je ne passerais jamais au dématérialisé en ce qui concerne les bd dite traditionnelles (Franco belge). Je reste encore attaché au rituel de lecture d'un bd du contact avec le papier et la couverture pourvoir dévorer l'image avant de lire les bulles etc…

    Ça peut paraitre contradictoire de la part d'un gus comme fan de techno et qui pour le reste se passe très bien du support physique (musique et film) . Tout comme toi Ginie je reste attaché à l'aspect collection et j'adore les moments passer à chercher une série à relire, perdre mon temps à choisir ouvrir la bd à me dire si je pas prendre celle-ci ou celle-là

    Par contre je reste persuadé que les tablettes peuvent être un formidable support pour inventer un style de BD dit 2.0 (pour faire intelligent) une autre façon de raconter une histoire avec des dessins.

    RépondreSupprimer
  10. Je respecte la préférence pour les objets, mais il ne faudrait pas dire trop vite « Fontaine je ne boirai pas de ton eau.»

    Vous me faites bien rire avec vos senteurs de papier et d'encre (qu'on apprécie pas tous, d'ailleurs). Il y a des tas de lecteurs qui lisent sur écran sans que cela leur pose problème, et qui n'ont pas cette nostalgie de l'objet. Les écrans des tablettes ont maintenant une qualité supérieur aux écrans des ordis, avec des définitions et résolutions supérieures. Et elles permettent tout aussi bien de lire au lit!

    Vous pouvez préférer l'objet livre, cela n'empêchera pas d'autres de se mettre au dématérialisé*.

    * ce qui en fait est inexact: la bd est matérialisée dans les tablettes, les ordis, les téléphone. Le support physique change, c'est tout.

    En effet, lire des bds numérisées sur téléphone est une hérésie. Ce n'est cependant pas la même chose que de lire une bd qui aurait été conçue directement pour ce format. On y viendra, la nature à horreur du vide: s'il y a là une niche économique disponible, elle sera occupée.

    Et rien n'empêchera de publier sur papier ensuite un succès numérique. La production n'est pas à sens unique.

    Comme on l'a dit: les deux univers sont complémentaires. Vous priverez-vous alors de tout un pan de la création qui n'aurait pas été mis sous forme de livre papier?

    Concernant la comparaison avec la musique: sur toute son histoire, celle-ci a principalement été immatérielle. La fixation sur un support "album" n'est qu'une invention très moderne, sans doute une parenthèse dans l'histoire de la musique. Même si nous ne perdrons probablement pas l'usage des objets, leur prédominance peut changer. Sans doute la bd suivra-t-elle un chemin identique. La bd numérique pourrait devenir le courant principal, et le support physique, un marché de niche.

    Profitez bien de vos collections :)

    RépondreSupprimer

COUPS DE COEUR DU MOMENT :

un titre ? un auteur ?

REJOIGNEZ-NOUS SUR FACEBOOK

DOSSIERS / GUIDES

ARCHIVES