Line - Yua Kotegawa

. . 4 commentaires:
Une jeune fille trouve par hasard un téléphone portable dans la rue et le ramasse. La sonnerie retenti, elle décroche. A l'autre bout du fil un homme lui annonce la mort prochaine d'une personne en lui indiquant l'heure et l'endroit. A l'heure dite, devant ses yeux, une collégienne se jette du toit de la gare et s'écrase violemment sur le sol.

Ce n'est donc pas une mauvaise blague. L'homme du téléphone lui annonce les suicides qui vont se produire à Tokyo, la jeune fille peut les empêcher si elle arrive à temps sur les lieux. S'engage alors une course poursuite dans les rues de la ville...

Tel est le pitch plutôt prometteur de ce one-shot. Mais qu'en est-il réellement ?

Chiiko, l'héroïne est un peu l'archétype de la blonde dont la poitrine est aussi forte que son Q.I. est bas. Elle est rapidement accompagnée par Bandô, l'intello de sa classe, petite brune à lunette. Les deux jeunes filles vont passer la casi-totalité du récit à courir au rythme des coups de téléphone. Cela créé une lecture plutôt fluide et plaisante.

L'aspect thriller de l'histoire n'est pas trop mal exploité. Il n'en est pas de même pour le traitement des personnages. Si le suspense est présent pour nous tenir tout du long, les principaux intervenants se révèlent au final assez insipides. L'auteur nous fournit pourtant quelques questionnements à leur sujet, mais les abandonne en cours de route. Ce qui laisse une impression d'inachevé.

Le trait de Yua Kotegawa est assez fin, mais on relève quelques soucis de proportions et des postures un peu maladroites en particulier quand les personnages sont dessinés en pleine course. Le découpage est quant à lui suffisamment bien travaillé pour enchainer les actions sans problème de compréhension.

Pour conclure, Line n'est pas du niveau d'un Tetsuya Tsutsui, mais si vous êtes en manque de one-shot vous pouvez passer outre ses petits défaut et le prendre pour ce qu'il est : un divertissement efficace, au scénario intrigant.



Scénario & Dessins : Yua Kotegawa - Editeur : Pika - Collection Senpai - One-shot.
© Yua Kotegawa / Kadokawa Shoten / Pika Edition

Wikio


Vous avez aimé cette chronique ? Pensez à vous inscrire à la newsletter et/ou au flux RSS pour être informé des prochaines publications.


Get this Related Posts Widget

4 commentaires:

  1. C'est le genre d'histoire un peu casse-gueule qui demande beaucoup d'originalité dans son traitement. Pas forcément évident à manier...

    RépondreSupprimer
  2. Remember le thriller PhoneGame tourné à NY où l'action se situait dans la dernière cabine téléphonique de la ville où l'acteur recevait des appels d'un inconnu qui le menaçait de détruire son amie et son environnement si il ne se soumettait pas à ses ordres. Les ravages de l'individu soumis à l'autorité d'un téléphone.

    RépondreSupprimer
  3. Pourquoi dépenser tant d'energie à inventer des histoires où la peur est l'élément central du scénario. Le monde n'est il pas suffisemment en crise pour continuer à jouer à se faire peur.

    RépondreSupprimer
  4. C'est pas comme si c'était le premier ouvrage du genre... L'homme aime jouer à se faire peur depuis bien longtemps, que ce soit dans les films, les jeux vidéos, les livres, les trains fantômes...

    RépondreSupprimer

COUPS DE COEUR DU MOMENT :

un titre ? un auteur ?

REJOIGNEZ-NOUS SUR FACEBOOK

DOSSIERS / GUIDES

ARCHIVES