L'enragé - Baru

. . Aucun commentaire:
 Anton Witkowsky n’aspire qu’à une chose : gagner suffisamment de fric pour mettre ses parents à l’abri et sortir de sa banlieue-dortoir, ces blocs où s’entassent des destins gâchés et des rêves d’ailleurs. Tout est échec dans sa vie : l’école, où rien de ce qui se dit ne fait sens, un seul ami au compteur et l’incompréhension des parents devant la révolte de leur fils. Sa seule chance, il le sait, ce sont ses poings.

Baru retrace le destin d’un boxeur d’exception, qui, de l’ascension à la chute, restera ce gamin entier, excessif et incompris. A travers le prisme du monde de la boxe, c’est surtout un magnifique regard sur l’adolescence et son mal-être, cette rage viscérale qui pousse à fuir ceux que l’on admire.

Le scénario, classique dans son déroulement (mais les vies de boxeurs ne le sont-elles pas toutes ?), est saisissant de maîtrise et d’une écriture magistrale. La langue vit et percute tant dans les cris de « Witko » que dans les silences du père. Ce père, parlons-en. Dans ce qui semble être un des plus beaux incipit de la bande dessinée, alors que nous découvrons Anton Witkowsky dans le box des accusés, un homme dans l’assistance reste stoïque, la tête haute et le regard fixe. On ne connaît pas encore les chefs d’accusation mais on comprend que tout tournera autour de cette figure paternelle, secrète et sensible.

Le dessin suit la même trajectoire, vif, parfois violent, rendant toujours au plus juste la fébrilité des personnages. Les scènes de combats sont particulièrement réussies et ne donnent jamais dans la surenchère, chose assez rare. Witko n’est pas un surhomme, pas intouchable non plus, en réalité bien plus proche de Prince Naseem Hamed que de Rocky. A noter également que les incrustations dans les cases d’articles de journaux ne sont pour une fois pas un simple artifice mais apportent beaucoup à la narration.

Le Grand prix d’Angoulême 2010 décerné à Baru aura probablement encouragé cette réédition en intégrale d’une œuvre majeure (deux tomes avaient initialement paru dans la collection Aire Libre). Un récit brut, riche, troublant jusque dans son titre et sa couverture où Anton Witkowsky se tient devant le lecteur, dans une posture de défi, prêt à bondir.


Scénario & Dessins : Baru - Editeur : Dupuis
Collection Air Libre - Intégral.  



Vous avez aimé cette chronique ? Pensez à vous inscrire à la newsletter et/ou au flux RSS pour être informé des prochaines publications.
Get this Related Posts Widget

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

COUPS DE COEUR DU MOMENT :

un titre ? un auteur ?

REJOIGNEZ-NOUS SUR FACEBOOK

DOSSIERS / GUIDES

ARCHIVES