L'Île aux cent mille Morts - Vehlmann / Jason

. . 2 commentaires:
La jeune Gweny se languit de son père, parti quelques années auparavant à la recherche du fabuleux trésor de l’île aux cent mille morts. Chaque jour elle attend qu’une bouteille contenant la carte du trésor arrive sur la plage. Idée farfelue ? Pas quand on sait que tout cela n’est qu’un vulgaire piège tendu par une école de bourreaux…

Contrairement aux apparences, L’île aux cent mille morts n’est ni un récit de piraterie, ni un récit d’aventures, mais plutôt une bonne farce imaginée par Fabien Vehlmann et dessinée par Jason.

Tout l’intérêt du récit réside en effet dans le fonctionnement de cette fameuse école, nécessiteuse en matière première pour les TP de torture et d’exécution, et dans l’accoutrement uniformisé des élèves et du personnel enseignant, distinguables uniquement par leurs couleurs respectives. Le dessin de Jason, fidèle à son style très épuré, relaie bien le cynisme des situations et la perplexité des personnages.

J’ai plutôt passé un bon moment à lire ce one-shot, qui rappelle d’ailleurs la série Donjon de Sfar et Trondheim. Mais c’est un peu là que le bât blesse : le récit, dilué sur 52 pages, peine à trouver de la consistance. Si l’idée de départ est bien trouvée, elle ne méritait peut-être pas un album complet, à 15€ qui plus est, et aurait sûrement gagné dans un format raccourci, du type justement des Donjon parade (32 pages).

Difficile donc d’émettre un jugement tranché ; si la lecture de l’Île aux cent mille morts est agréable, grâce surtout à l’humour omniprésent, on attendait franchement mieux de cette collaboration entre deux auteurs confirmés. Or, on a le sentiment qu’ils sont restés l’un comme l’autre à la surface de ce qu’ils sont capables de créer. 



Scénario : Fabien Vehlmann - Dessins : Jason - Editeur : Glénat - One Shot.


 

Vous avez aimé cette chronique ? Pensez à vous inscrire à la newsletter et/ou au flux RSS pour être informé des prochaines publications.

Get this Related Posts Widget

2 commentaires:

  1. J'ai un peu le même sentiment que toi. Je l'ai lue il y a quelques jours et n'ai pas encore pris le temps de la chroniquer parce que la lecture m'a laissé un peu à côté. Ca m'a aussi fait penser aux Donjon, moins à fond dans le décalé et plus long.
    Je me demandait si j'en attendais trop des auteurs...

    RépondreSupprimer
  2. Je ne sais pas si tu as déjà lu Green Manor, mais c'est un bon exemple de ce qu'est capable de faire Fabien Vehlmann dans l'humour noir. En comparaison, le scénario m'a ici semblé beaucoup plus creux. Quant à Jason, si le dessin est au niveau de ses précédents titres, je le trouve finalement plus convaincant quand il sert ses propres scénarios.

    RépondreSupprimer

COUP DE COEUR DU MOMENT :

un titre ? un auteur ?

REJOIGNEZ-NOUS SUR FACEBOOK

DOSSIERS / GUIDES

ARCHIVES