Lloyd Singer - Brunschwig / Neuray

. . 3 commentaires:
 Précédemment publiées sous le titre « Makabi » dans la collection Repérages de Dupuis, les aventures de Lloyd Singer sont désormais reprises par Grand Angle. Avec au passage un nouveau titre et un sacré coup de jeune sur les couvertures ! L’occasion de se plonger dans ce nouveau cycle intitulé « La chanson douce » et de mesurer le chemin parcouru.

Lloyd Singer est un trentenaire au physique plutôt banal, aîné d’une fratrie de quatre, orphelins très jeunes suite à l’accident de leurs parents. Ce tournant le fera grandir bien avant l’âge, assumant la charge de chef de famille en même temps que les persécutions des autres élèves. 

Car Lloyd Singer est un souffre-douleur, même si les brimades l’ont poussé à se construire un personnage, Makabi, héros terriblement efficace qui lui vient en aide en cas de nécessité.

Devenu comptable au FBI, il prendra à bras le corps une enquête dans le milieu de la prostitution (cycle 1, « Zena »), ce qui lui vaudra une intégration en bonne et due forme au centre de formation du FBI à Quantico. C’est ici que s’ouvre le second cycle, alors que son ami Simon La Bianca, agent spécial, lui fait rencontrer Ron de Vries, agent empêtré dans une affaire de tueur en série depuis dix ans. Pour la première fois, celui que l’on appelle « La chanson douce » a laissé une survivante, certes complètement défigurée mais en vie. Seul problème : elle refuse de parler aux enquêteurs. Le profil atypique de Lloyd semble être la dernière chance du FBI…

Luc Brunschwig emporte totalement le morceau avec ce récit fait de multiples retours en arrière, d’apartés, de visions. Si le personnage central de Lloyd Singer est riche, intrigant, il sait laisser une véritable place aux autres protagonistes. Tous ont une épaisseur, une existence palpable, même lorsqu’elle ne se développe que sur quelques cases.

L’intrigue prend son temps, peut-être parce qu’ici il est surtout question de finesse de raisonnement plutôt que de gros bras. On suit d’ailleurs finalement avec plus d’intérêt le rapprochement de Singer et de la victime que les révélations qu’il sera censé nous apporter.

Nous avons évoqué en préambule le très bon travail sur les couvertures (signées Laurent Hirn), nous pouvons être tout aussi élogieux sur le dessin d’Olivier Neuray, plein de justesse et de maîtrise. Car si on navigue aisément entre les différentes époques, ce constant va-et-vient n’est possible que grâce à son sens de la mise en scène et le choix de ses plans.

La reprise de Lloyd Singer et sa modernisation sont donc, à la lecture des deux premiers tomes du second cycle, un choix éclairé. Tout est savamment orchestré ; on ne suit pas réellement une enquête mais plutôt les personnages qui gravitent autour, leurs relations complexes, leur passé et leur présent. Le signe le plus fort de cette nouvelle direction est paradoxalement le changement de titre, qui montre aussi l’évolution du point de vue : c’est désormais Lloyd Singer qui a les honneurs, Makabi n’en est qu’une composante.



Scénario : Luc Brunschwig - Dessins : Olivier Neuray - Editeur : Grand Angle 
Série en cours - 2 tomes (cycle 2).



Vous avez aimé cette chronique ? Pensez à vous inscrire à la newsletter et/ou au flux RSS pour être informé des prochaines publications.


Get this Related Posts Widget

3 commentaires:

  1. On peut lire le second cycle sans avoir lu le premier, ou ça pose problème?

    RépondreSupprimer
  2. Globalement le deuxième cycle est écrit de manière à ce qu'on puisse le lire sans forcément connaître le premier. Après, tout n'est pas non plus clairement détaillé. Je te conseille donc quand même de débuter par le premier cycle, cela permet de saisir tous les rapports entre les personnages.

    RépondreSupprimer
  3. C'est bien ce qu'il me semblait ;)
    Merci pour les infos complémentaires.

    RépondreSupprimer

COUPS DE COEUR DU MOMENT :

un titre ? un auteur ?

REJOIGNEZ-NOUS SUR FACEBOOK

DOSSIERS / GUIDES

ARCHIVES