X-Men, jeunes filles en fuite - Claremont / Manara

. . 3 commentaires:
Je vais faire un aveu de suite : je ne suis pas un fin connaisseur de Marvel. J’ai bien lu quelques titres à droite à gauche, mais pas suffisamment pour développer un sens critique et aguerri. Par contre, j’ai encore bien présent à l’esprit les Manara piochés dans la bibliothèque de mon grand frère lorsque j’étais adolescent. Et si Manara n’est pas devenu pour autant un auteur de chevet, j’en garde un souvenir transgressif prégnant.

Tout ça pour dire que c’est avant tout la présence du maître italien qui m’a attiré dans ce one-shot, et une certaine curiosité pour l’objet. 

Alors qu’elles sont censées passer des vacances paisibles sur une île grecque, les X-Women sont attaquées par une organisation inconnue. Marvel Girl, séduite par un jeune homme fort entreprenant, est kidnappée sous les yeux de ses amies. Bien décidées à la secourir, elles prendront la direction de l’île de Madripoor, à la rencontre d’une ennemie aux pouvoirs intrigants.

Autant le dire tout de suite, le scénario n’a vraiment rien d’inoubliable ! Méchants pas super effrayants, psychologie des personnages réduite au strict minimum, suspens absent. On pourrait croire que Chris Claremont ne s’est vraiment pas foulé sur ce coup-là. Mais à la réflexion, je pense que c’est totalement assumé, tant l’ensemble fait penser à une variation coquine de la série. Ton léger, pas de prise de tête, juste le plaisir de retrouver les héroïnes mutantes transfigurées sous le trait de Milo Manara, dans des situations et des positions suggestives.

Et de ce point de vue, on peut dire que Manara n’a pas perdu la main. Les silhouettes toujours aussi graciles, les poses lascives, les expressions du visage qui rappellent inévitablement des poupées. Et le même sentiment que sur le scénario : on sent que Manara s’est amusé à cet exercice, en titillant le mythe sans chercher à le transgresser réellement. Petit détail sympa : l’ouvrage propose une page de présentation des héroïnes dans laquelle on retrouve face-à-face les portraits « classiques » et ceux dessinés par Manara.

Le titre, « Jeunes filles en fuite », annonçait le ton de ce one-shot : la légèreté, mais au bon sens du terme. Inutile d’en rechercher une analyse sérieuse, le maître-mot de Claremont et Manara fut sans aucun doute la distraction. Seul souci à la suite de cette lecture des plus réjouissantes : j’aurai désormais bien du mal à m’imaginer les X-Women autrement que dessinées par Milo Manara. Et en lisant l’introduction de Joe Quesada et la postface de Nick Lowe, j’ai l’impression que je ne suis pas le seul…



Scénario : Chris Claremont - Dessins : Milo Manara - Editeur : Panini Comics - Récit complet. 


Vous avez aimé cette chronique ? Pensez à vous inscrire à la newsletter et/ou au flux RSS pour être informé des prochaines publications.


Get this Related Posts Widget

3 commentaires:

  1. Bon j'avoue celui là je vais l'acheter rien que pour les des(seins) :p

    RépondreSupprimer
  2. En effet, le bouquin est à prendre pour ce qu'il est : une collaboration fun entre deux artistes prestigieux.
    Après, pour les lecteurs "réguliers" des X-Men, on a notre dose de poses lascives et d'expressions des visages subjectives avec le dessinateur Greg Land. Mais dans la série régulière c'est plutôt mal venu !

    RépondreSupprimer
  3. Intriguant ^^ Je connais Manara de nom, Claremont j'ai parcouru la majorité de ses travaux, après je suis plus friand de scénario que de mutantes en position lascives - même si ce ne ne sont pas les plus moches - donc j'hésite... Déjà, la semaine prochaine, je dois prendre le nouveau Scott Pilgrim, la suite de Parker, et la réédition d'Il faut sauver le Soldat Wilson. Donc j'hésite ^^

    RépondreSupprimer

COUP DE COEUR DU MOMENT :

un titre ? un auteur ?

REJOIGNEZ-NOUS SUR FACEBOOK

DOSSIERS / GUIDES

ARCHIVES