Nura, le seigneur des yokaï : un réjouissant tome 3

. . Aucun commentaire:
La fin du tome 2 avait laissé Rikuo, notre seigneur en puissance, en fâcheuse posture, aux prises avec le yôkai Gyuki sur le mont Nejireme. La problématique était simple : Rikuo saura-t-il révéler sa nature de yôkai afin de démontrer sa puissance où devra-t-il se résoudre à affronter la mort à tout juste 13 ans ?

Cliffhanger rhétorique, puisqu’on se doutait bien que Rikuo se sortirait de ce faux pas. Une fois son combat remporté, un sentiment s’impose à lui : il va devoir choisir sa voie, et rapidement. Même s’il regrette son insouciance passée, il est désormais conscient que le danger se rapproche de lui et de ses amis. Il va devoir endosser ce rôle de meneur de démons comme un sacerdoce. Commence alors la vague des concertations entre membres du conseil du clan…

On retrouve dans ce troisième tome ce qui avait fait la qualité des deux premiers, à savoir un univers en constant développement et un mélange réussi d’humour et d’aventure. Il est d’ailleurs assez frappant de voir que les combats ne représentent pas le cœur du récit, qu’ils viennent s’insérer si nécessaire mais sans jamais servir de remplissage. La crainte était pourtant grande de voir débarquer un systématisme « nouveau yôkai inconnu/long combat ». Mais même le fameux yôkai du miroir n’a qu’un rôle anecdotique et se fait expédier en deux temps trois mouvements, presque sans combattre.

Comme c’était déjà le cas dans le premier tome, la place laissée à l’étoffement de l’univers est prépondérante, et particulièrement savoureuse. Une scène retient tout particulièrement l’attention : après le sauvetage de Kana, Rikuo l’emmène dans un restaurant réservé aux yôkai. On y découvre une galerie de « gueules » et un fourmillement qui rappellent l’établissement thermal du Voyage de Chihiro.

Cette suite réjouissante finit d’emporter le morceau ! Les quelques craintes qui persistaient après les deux premiers tomes sont écartées, ne restent qu’un vrai plaisir de lecture et de découverte d’un univers qu’Hiroshi Shiibashi agrémente de courtes séquences documentaires sur ces créatures mythiques, riches d’enseignement pour les européens que nous sommes. Les orientations choisies, détermination du jeune héros et abandon (peut-être momentané ?) de sa double personnalité, laissent entrevoir une volonté farouche de faire avancer l’histoire ; on ne s’en plaindra pas !


Scénario & Dessins : Hiroshi Shiibashi - Editeur : Kana - Série en cours - 3 tomes.
 NURARIHYON NO MAGO © 2008 by Hiroshi Shiibashi / SHUEISHA Inc.

 
Vous avez aimé cette chronique ? Pensez à vous inscrire à la newsletter et/ou au flux RSS pour être informé des prochaines publications.
 

Get this Related Posts Widget

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

COUPS DE COEUR DU MOMENT :

un titre ? un auteur ?

REJOIGNEZ-NOUS SUR FACEBOOK

DOSSIERS / GUIDES

ARCHIVES