Northlanders - Brian Wood / Davide Gianfelice

. . Aucun commentaire:
J’avais eu le plaisir de me frotter à l’ère viking avec une série comme Vinland saga, particulièrement efficace mais visuellement assez édulcorée par rapport à ce qu’on imagine du grand nord. Panini Comics, avec l’amorce de la publication de Northlanders, nous emmène vers une vision plus abrupte de l’époque, où l’on trucide à tour de bras et où les protagonistes portent sur leur visage la dureté du climat.

Sven, guerrier viking exilé à Constantinople, sévit dans les eaux méridionales et goûte aux plaisirs de l’Orient. Il a depuis longtemps quitté les terres hostiles qui l’ont vu naître, et n’a a priori aucune envie d’y retourner.

Jusqu’au jour où un messager viking lui annonce, avant de se faire occire, que son père est décédé et que son oncle a pris le pouvoir, s’appropriant ses terres, son héritage et réduisant la population en esclavage.

Sven décide alors de partir récupérer son dû, enfin plus précisément son argent. Car c’est surtout ça qui l’intéresse, aucune envie d’aller régner sur les landes désertiques des Orcades et de devenir le nouveau Jarl du coin. Mais la détermination ne suffit pas, encore faut-il être capable de mettre à mal une garde rapprochée de plus d’une toise de haut et de survivre seul dans le froid polaire. Sven se découvrira sûrement d’autres motivations…

Avec ce premier cycle, centré sur le personnage de Sven, Brian Wood débute de façon brutale sa saga. En témoigne la première scène où, abordant un bateau, Sven et ses hommes éliminent tous ses occupants, y compris le messager qui est prêt à lui jurer allégeance et le guider vers son pays natal. D’autant plus brutal qu’on découvre à la fin de cette scène que ce n’est que de l’argent que Sven souhaite aller récupérer, pas une quelconque gloire ou vengeance. Un vrai pirate, quoi. L’entrée en matière est particulièrement bien ficelée, faite d’instantanés, de scènes très courtes qui amènent au cœur de l’histoire.

L’atmosphère pesante, étouffante qui s’en dégage, appuyée et renforcée par le dessin de Davide Gianfelice, semble tout à fait appropriée à l’idée que l’on peut se faire de cette civilisation, de ses croyances multiples et de ses appétences guerrières. La colorisation, très réussie, souligne encore plus la crudité des scènes et des paysages.

Avec Sven le revenant, Brian Wood débute Northlanders en plongeant dans le vif du sujet. Un univers très sombre, de la rudesse, de la brutalité. On attend avec impatience le deuxième et dernier tome de ce cycle, et bien entendu les autres histoires qui viendront ensuite peupler le mythe viking imaginé par Wood.


> Lire la preview sur le site de Panini Comics


Scénario : Brian Wood - Dessins : Davide Gianfelice
Editeur : Panini Comics - Série en cours - 1 tome.



Vous avez aimé cette chronique ? Pensez à vous inscrire à la newsletter et/ou au flux RSS pour être informé des prochaines publications.
Get this Related Posts Widget

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

COUPS DE COEUR DU MOMENT :

un titre ? un auteur ?

REJOIGNEZ-NOUS SUR FACEBOOK

DOSSIERS / GUIDES

ARCHIVES