Bride stories : l'Asie centrale du XIXe siècle

. . Aucun commentaire:
Il est des plaisirs de lecture assez indéfinissables. Bride stories est de ceux-là. Une histoire simple, une plongée dans une époque pas si lointaine mais si singulière, le souci du détail. Ki-Oon nous offre en ce début juin une petite merveille de justesse, à découvrir sans tarder !

Amir, jeune et jolie jeune fille, arrive dans un village voisin, très apprêtée et souriante. Elle doit y rencontrer son futur mari, Karluk. Elle a 20 ans, lui 12. On est au XIXe siècle, dans les steppes d’Asie centrale, non loin de la mer Caspienne. Les mariages sont faits pour sceller les alliances entre clans, et les futurs époux vont bien devoir s’y faire.

La vie s’organise avec cette nouvelle venue, qui découvre les coutumes locales et nous avec. A dire vrai, elles ne doivent pas être très éloignées de celles de son village natal. Ce qui change pour Amir, c’est sa nouvelle condition, celle d’épouse. Elle semble s’y adapter avec plaisir. Mais rapidement les choses semblent s’assombrir lorsque son frère vient accompagné d’une escorte pour la récupérer. Un mariage plus intéressant s’est présenté pour le clan, et ceux-ci n’ont pas l’air de beaucoup s’embarrasser des convenances. Qu’adviendra-t-il de cette idylle naissante ?

Dès la première image, on est saisi, ébloui : Amir soulève sa coiffe richement ornée ; on en distingue chaque motif, chaque bijou semble ciselé. Ce souci du détail, cette précision, seront présents tout au long de l’album. Sans savoir si Kaoru Mori s’est réellement documenté sur le sujet, elle réussit à transmettre l’impression d’une étude anthropologique. Tout semble vraisemblable, l’importance de l’élevage, de l’artisanat, l’absence de jugement sur la différence d’âge entre les époux, l’organisation de la famille.

Cette chronique de vie, voilà ce qui emporte le lecteur. On pourrait aisément lire leur vie paisible, sans attendre de rebondissements. L’auteur introduit tout de même un élément perturbateur en la personne du frère d’Amir, émissaire de son clan. Mais, à nouveau, cet évènement ne semble pas relever d’un artifice scénaristique mais d’une réalité.

Si le scénario est un modèle d’écriture, le dessin lui offre un écrin de choix. Tout est incroyable dans ce premier tome : les personnages, les décors, l’attention portée aux petits riens. Comme ce vieil homme, graveur sur bois, dont on suit les gestes sous le regard captivé du plus jeune fils de la famille.

Bride Stories a un pouvoir de séduction inoui. La finesse, visible, du trait se retrouve dans le scénario. Avec ce récit de vie, Kaoru Mori démontre un talent immense, à la mesure des vastes espaces de l’Asie centrale. On ne saurait que trop conseiller de lire ce premier tome et de faire un petit tour du côté du stand de Ki-Oon à la Japan expo, pour une expo consacrée à Bride stories : ça vaudra sûrement le détour !





Scénario & Dessins : Kaoru Mori - Editeur : Ki-oon - Série en cours – 1 tome.
OTOYOMEGATARI © 2009 Kaoru Mori / ENTERBRAIN, Inc.


  
Vous avez aimé cette chronique ? Pensez à vous inscrire à la newsletter et/ou au flux RSS pour être informé des prochaines publications.
Get this Related Posts Widget

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

COUPS DE COEUR DU MOMENT :

un titre ? un auteur ?

REJOIGNEZ-NOUS SUR FACEBOOK

DOSSIERS / GUIDES

ARCHIVES