SODA tome 3 : Tu ne buteras point

. . 4 commentaires:
Quand SODA apprend que sa mère a invité son oncle, le révérend Fortescue Mc Intire, à passer quelques jours avec eux à New-York il est loin de se douter des complications qui vont en découler. Pour l'homme d'église débarquant de Providence dans l'Arizona, la grande ville ne représente que pêché et corruption et il est décidé à aider SODA à répandre la bonne parole.

En effet, l'oncle a bien l'intention de visiter la chapelle de son neveu et de rencontrer ses ouailles. SODA réussit, avec l'aide du sergent Bab's et du caporal Linda Tchaïkowsky, à trouver une église pour une heure, ainsi qu'une dizaine de détenus pour faire office de paroissiens. Mais les criminels profitent de l'opportunité pour s'évader, prenant au passage le révérend Mc Intire en otage…

Cette évasion mènera SODA jusque dans le Bronx "Là où la police ne va jamais…où les commerçants vivent moins vieux qu'ailleurs". Nous y croiserons un panel hétéroclites d'habitants, d'un original gang de musulmans réunis dans une décharge aux virils habitués d'une boite gay (façon flic de YMCA). Cet album introduit également une nouvelle venue, le caporal Linda Tchaïkowsky, policière black qui deviendra un personnage récurent par la suite.
Ce troisième tome de SODA a une particularité peu commune dans la bande-dessinée. En plein album, à la fin de la onzième planche, Luc Warnant décide de mettre fin à sa carrière de dessinateur de BD. Il cède ses crayons à Bruno Gazzotti, qui deviendra le dessinateur attitré de la série. Tome aura tout de même mis deux ans à trouver le nouveau dessinateur.

Gazzotti succède parfaitement à Warnant, s'appropriant à merveille les protagonistes et l'ambiance du titre. On pourrait même dire aujourd'hui qu'il a apporté une grande qualité dans les illustrations de SODA et dès les premières scènes d'action de ce troisième tome, nous sommes témoin de tout son talent. Son découpage et ses cadrages sont extrêmement dynamiques et modernes, l'assassinat du personnage de Murphy et la scène de course poursuite qui en découle suffisent à s'en convaincre.
Avec son final à toute épreuve et l'humour qui caractérise le titre, ce troisième tome de SODA aura été une étape importante dans l'histoire de la série. C'est également le premier album qui place SODA dans l'environnement (patron, collègues, amis…) qui sera ensuite le sien tout au long des albums à venir.


> Chroniques des autres tomes


Sénario : Philippe Tome - Dessins : Luc Warnant puis Bruno Gazzotti
Editeur : Dupuis - Collection Repérages Dupuis - Série en cours - 12 tomes.




Vous avez aimé cette chronique ? Pensez à vous inscrire à la newsletter et/ou au flux RSS pour être informé des prochaines publications.

Get this Related Posts Widget

4 commentaires:

  1. Très bonne série ! Ca fait longtemps que je ne les ai pas relu !

    RépondreSupprimer
  2. Moi de même ! j'ai lu plusieurs fois la série, mais ça faisait un bon moment que je ne m'y était pas replongée.

    En cette période creuse qu'est l'été, j'en profite pour dépoussiérer de vieux titres :o)

    RépondreSupprimer
  3. Une de mes dix séries préférées, sans le moindres doute! J'adore ce troisième album et le révérend McIntire qui fait ses pompes sur un bras dès le réveil... Mais le meilleur reste pour moi "Dieu est mort ce soir". A quand ton avis?

    RépondreSupprimer
  4. A raison d'un album par an, je devrai le lire l'année prochaine, tu as de la chance c'est le suivant ;o)

    Non, je plaisante, c'est vrai que je ressort un SODA de temps en temps en période d'actualité creuse, mais j'ai bien envie de me relire toute la collection prochainement.

    RépondreSupprimer

COUPS DE COEUR DU MOMENT :

un titre ? un auteur ?

REJOIGNEZ-NOUS SUR FACEBOOK

DOSSIERS / GUIDES

ARCHIVES