Cité 14 - Gabus/Reutimann

. . Aucun commentaire:
Les Humanoïdes associés se sont lancés cette année dans la réédition d’une série parue en 2007 chez Paquet : Cité 14. A l’époque, les 12 épisodes qui composaient la première saison paraissaient séparément, jouant jusqu’au bout la carte du feuilleton. Mais probablement par manque de ventes, il n’y eu qu’une seule et unique saison. En cette rentrée, la nouvelle fut bonne de voir débarquer sur les étals le premier tome de la saison 2, inédite donc, et de retrouver ainsi le fil des aventures de cette Cité du futur et de sa société en perdition.

Retour sur le pitch de départ : la Cité 14, mégalopole protéiforme, accueille une faune des plus variées. Animaux, humains et extra-terrestres cohabitent dans la crasse ou le luxe, dans une société gangrénée par la corruption et la truande. Un éléphant, Michel Elizondo, débarque en ville après s’être acquitté des formalités douanières dans un semblant d’Ellis Island. Les migrants fuient toujours quelque chose ; dans son cas, des images fugitives d’attentat se bousculent dans sa tête, on n’en saura pas beaucoup plus pour l’instant.

Dès son arrivée, il se retrouve pris dans les feux d’un règlement de compte et sauve la vie d’un reporter, mister Mac Keagh. Ce dernier, après lui avoir proposé un emploi d’assistant, emmènera Michel prendre ses quartiers dans la Tour Bambell, du nom du principal argentier de la Cité 14, homme que l’on imagine peu recommandable. De scoop en scoop, les nouveaux compères se frotteront à ce qui se fait de pire et deviendront vite de gênants témoins. Difficile de savoir à qui se fier…

Rédigé au départ comme un véritable feuilleton, Cité 14 a tous les ingrédients nécessaires à une forte addiction : personnages et intrigues multiples, rebondissements réguliers, histoires d’amour, justicier, brigands, hommes de pouvoirs,… Les histoires se multiplient, se mélangent, se relient. Et chacun a son rôle à jouer. Chaque personnage, même mineur, trouve son importance et est bien développé.

Globalement, cet univers très étrange, dont on ne saurait dire à quelle époque il se situe exactement, est incroyablement riche et regorge de détails. Le meilleur exemple reste la Tour Bambell, sorte de construction démesurée qui semble aussi vaste qu’une ville. On y trouve notamment aux alentours du 120e étage une forêt tropicale où vivent les Neo-Naturals, des animaux ayant choisi de retourner à l’état de nature, nus et ne rechignant pas à s’entredévorer. 

Après une première saison des plus passionnantes, Cité 14 revient avec de beaux arguments, dont deux nouveaux personnages des plus intrigants et un Michel Elizondo luttant pour sa survie au milieu des Neo-Naturals. Le dessin de Romuald Reutimann fait toujours autant d’effet, extrêmement riche sous des dehors plus modestes. En bref, Cité 14 c’est reparti et c’est toujours aussi bon ! Merci les Humano !



 
Scénario : Pierre Gabus - Dessins : Romuald Reutimann - Editeur : Les Humanoïdes associés - Série en cours - 5 tomes.


Vous avez aimé cette chronique ? Pensez à vous inscrire à la newsletter et/ou au flux RSS pour être informé des prochaines publications.


 
Get this Related Posts Widget

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

COUPS DE COEUR DU MOMENT :

un titre ? un auteur ?

REJOIGNEZ-NOUS SUR FACEBOOK

DOSSIERS / GUIDES

ARCHIVES