Hideout - Masasumi Kakizaki

. . 2 commentaires:
La couverture, avec ces yeux exorbités et ces doigts griffus,  ne laissait guère de doute sur le contenu de Hideout : de l’épouvante, de l’horreur tapie dans l’ombre. Masasumi Kakizaki, dessinateur de Rainbow, se retrouve ici également au scénario. Sa principale inspiration : Stephen King. Ca promet !

Seiichi Kirishima et son épouse Miki se délassent sur une plage paradisiaque d’une île qui semble l’être tout autant. L’occasion pour eux de se ressourcer, de faire le point et de repartir à zéro. Car un an auparavant, un drame a marqué la famille : leur jeune fils a trouvé la mort en tombant du balcon de leur appartement, alors que son père travaillait dans le salon. Chacun depuis se rejette la faute.

Seiichi propose une balade vers une cascade dans un coin reculé de l’île. C’est à ce moment que Miki saisit ce que signifiait pour lui « repartir à zéro »… Armé d’une clé à molette, il compte bien tirer un trait sur leur passé. Miki, tentant de fuir, se réfugie dans une grotte mais Seiichi la retrouve aisément. Alors que le dénouement est proche, une ombre fugace se dessine sur une des parois. Ils ne sont pas seuls, l’horreur peut commencer...

Masasumi Kakizaki propose avec Hideout un récit très classique d’épouvante, une chasse à l’homme sanguinaire et haletante. Pas de grande surprise, mais que c’est bien mené !  Il maîtrise son sujet de bout en bout, maintenant un suspens et une tension palpables à chaque instant. Sa maîtrise du rythme est particulièrement virtuose dans ce récit : chaque scène sonne juste, pas de temps mort, pas de poursuite interminable.

Quant au dessin, que dire… ? Il est toujours compliqué d’en mesurer la qualité et on hésite souvent devant les superlatifs. Pourtant, on pourrait parler ici de perfection, ou d’un dessin qui s’en approche fortement. Un trait précis, des expressions saisissantes, des décors qui, malgré le lieu (une grotte), fourmillent de détails et ont une profondeur incroyable.

Hideout fait incontestablement partie des meilleures œuvres d’épouvante. Se plaçant dans une lignée classique, Masasumi Kakizaki excelle dans l’art de créer une ambiance étouffante et terrifiante. Pour parfaire le tout, un mot sur l’édition : Ki-Oon a une nouvelle fois mis le paquet avec une jaquette superbe, quelques pages couleurs, un bon papier et des noirs profonds. Et le tout pour un prix dérisoire (7,50€). Donc aucune hésitation à avoir !






Scénario & Dessins : Masasumi Kakizaki - Editeur : Ki-oon - One Shot.
HIDEOUT © 2010 Masasumi KAKIZAKI / Shogakukan Inc. 



 
Vous avez aimé cette chronique ? Pensez à vous inscrire à la newsletter et/ou au flux RSS pour être informé des prochaines publications.
Get this Related Posts Widget

2 commentaires:

  1. merci pour cette critique, ce manga est en effet assez fabuleu

    RépondreSupprimer
  2. Extraordinaire voyage au coeur de l'horreur et du macabre !!! Parfait avant de s'endormir !

    RépondreSupprimer

COUP DE COEUR DU MOMENT :

un titre ? un auteur ?

REJOIGNEZ-NOUS SUR FACEBOOK

DOSSIERS / GUIDES

ARCHIVES