White River Junction - Max de Radiguès

. . 2 commentaires:
Max de Radiguès, membre du collectif l’Employé du Moi, a passé une année au Center for Cartoon Studies, école fondée par James Sturm à White River Junction (Vermont). Il en revient avec une série de strips racontant le quotidien durant ces quelques mois, et une sélection à Angoulême.

James Sturm, dessinateur américain, a longtemps eu cette idée d’école de BD en tête, mais aura attendu la quarantaine pour la mettre en œuvre. Et c’est dans la petite bourgade de White River Junction, un coin paumé du Vermont où il s’était installé momentanément pour travailler sur un projet, qu’il décide de la créer, histoire dit-il de redonner un peu de vie à l’endroit, mais pas trop pour que les étudiants se consacrent à leur travail.

Ouvert en 2004, le centre accueille nombre d’étudiants et d’auteurs invités. Max de Radiguès ira y faire ses classes, ramenant au passage quelques souvenirs.

Ce petit recueil de strips, séduisant dans l’ensemble, mise sur les petits riens du quotidien : les fenêtres bloquées par le froid (visiblement, dans le Vermont, on n’est pas loin des 5 mois de neige), la lente adaptation aux us et coutumes,… 

C’est léger, joli et agréable à lire, mais au final, on se demande « pourquoi si peu ? ». L’anecdotique, pour séduisant qu’il soit, s’évapore aussitôt car il y a trop peu à lire. Pas ou peu de suivi dans les situations, tout y est abordé en 6 cases. Du coup il n’en reste pas grand-chose.

Max de Radiguès a un talent certain pour parler des détails du quotidien, et ses strips sont joliment pensés. Mais on reste sur notre faim devant le peu d’histoires, pas suffisamment nombreuses pour accrocher le lecteur. Pourtant, en une année d’études, il y aurait sûrement eu matière à raconter le fonctionnement du Centre, ses cours et ses professeurs. Dommage.



Scénario & Dessins : Max de Radiguès - Editeur : 6 Pieds Sous Terre - Récit complet.  






Vous avez aimé cette chronique ? Pensez à vous inscrire à la newsletter et/ou au flux RSS pour être informé des prochaines publications.
 







Get this Related Posts Widget

2 commentaires:

  1. D'accord avec vous si l'on attendait un témoignage journalistique sur le Center for Cartoon Studies. Avec cet album, on est plutôt dans le journal intime,une espèce de « mélancolie du présent », une tentative impossible de retenir entre 6 cases le temps qui passe.
    Pour ma part je trouve que l'émotion est au rendez-vous.

    RépondreSupprimer
  2. Vous avez raison, j'en attendais peut-être un peu trop sur le caractère documentaire. Certaines planches m'ont touché, mais je trouve l'ensemble inégal. Cela m'a en tout cas encouragé à lire les autres albums de l'auteur.

    RépondreSupprimer

COUPS DE COEUR DU MOMENT :

un titre ? un auteur ?

REJOIGNEZ-NOUS SUR FACEBOOK

DOSSIERS / GUIDES

ARCHIVES