La Licorne - Gabella / Jean

. . Aucun commentaire:
Aujourd'hui j'ai le plaisir d'accueillir un invité un peu spécial sur B&O. Deucalion CREED fait partie des lecteurs assidus du blog, pratiquement depuis ses débuts. Et si aujourd'hui il a décidé de s'adonner à l'exercice d'écriture, c'est pour nous présenter une série de qualité, achevée en quatre tomes et publiée aux éditions Delcourt. - Ginie

1565, par une nuit froide au cœur d'une forêt allemande, le naturaliste Conrad Gessner est soumis au bûcher pour sorcellerie. L’exécution sera troublée par un affrontement entre ses bourreaux et une bien étrange créature...

1565, à Paris. Ambroise Paré, barbier-chirurgien du roi se rend sur une "scène de crime". Les deux victimes, décédées de façon assez violente présentent d’étranges particularités mais Paré est bien vite éconduit des lieux par les médecins de la faculté qui ne lui reconnaissent aucune légitimité. Il sera néanmoins très vite rattrapé par l'affaire quand un ami anatomiste le remet en selle tout en rendant son dernier souffle entre ses bras. Dès lors l’enquête de Paré va être très mouvementée et il se retrouvera très vite confronté aux hommes comme aux créatures mystérieuses aperçues dans la forêt teutonne.

Qui donc cherche à éliminer les scientifiques de la Renaissance ? Quelles sont ces créatures et quel est leur but ? Pourquoi et surtout comment l'anatomie des cadavres découverts par Paré peu-t-elle être "erronée" selon ses propres dires ? La Licorne nous entraîne dans une véritable enquête mêlant fantastique, histoire et science. On y retrouve sous le prisme de l'excellent scénario de Mathieu Gabella les bouleversements idéologiques et scientifiques qui opposèrent les nouvelles connaissances anatomiques à la théorie unanimement acceptée comme exacte des humeurs (sang, bile, atrabile et phlegme) du corps humain. 


Le fantastique n'est pas en reste car les créatures, les "primordiaux", sorte d'écorchés fait de muscles et d'os, nous font immanquablement penser au bestiaire de l'imaginaire collectif dont ils empruntent d'ailleurs parfois le nom. Ainsi croise-t-on Centaures, Basilics, Sphinx en suivant l’enquête avec Ambroise Paré.

Les dessins d'Anthony Jean sont magnifiques et il fait preuve d'une formidable imagination pour représenter toutes les créatures mythologiques que l'on rencontre tout au long des quatre tomes. Pour ne rien gâcher, la colorisation, savant mélange d'aquarelles et de colorisation informatique, est tout aussi soignée. Elle donne une véritable ambiance à la BD.

Cette série fut pour moi un véritable coup de cœur, d'abord graphique puis scénaristique, l'intrigue nous amenant souvent à revoir nos hypothèses au cours de la lecture. Ne serait-ce que sur le plan graphique, "La Licorne" est incontournable, ne laissant personne indifférent.



Scénario : Mathieu Gabella - Dessins : Anthony Jean 
Editeur : Delcourt - Collection  Machination - Série Terminée - 4 tomes.  



Vous avez aimé cette chronique ? Pensez à vous inscrire à la newsletter et/ou au flux RSS pour être informé des prochaines publications.


Get this Related Posts Widget

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

COUPS DE COEUR DU MOMENT :

un titre ? un auteur ?

REJOIGNEZ-NOUS SUR FACEBOOK

DOSSIERS / GUIDES

ARCHIVES