Warlord - Kim Byung Jin / Kim Sung Jae

. . Aucun commentaire:
Sortis début mai chez Ki-Oon, les deux premiers tomes de Warlord sont l’occasion de retrouver Kim Byung Jin, le dessinateur de la série Jackals (disponible chez le même éditeur). On est certes dans un univers de dark fantasy, mais ce qui prime, ici, c’est la baston. Ca tombe bien, c’est dans ce domaine que l’auteur s’épanouit le plus.

Le monde connu, divisé en territoires administrés par différents monarques (empereur, shogun, etc), est en proie depuis quelques années à une invasion du peuple démon. Et à base d’une vingtaine de combattants pour venir à bout d’un seul démon, la guerre semble perdue d’avance.


La princesse Arasol lance ses dernières forces dans l’ascension de la montagne, à la recherche de la légendaire Arkanzel. Cette cité mythique est en effet le lieu de résidence d’une armée de mercenaires redoutables, emmenés par le roi Bayren. Ils semblent être les seuls à pouvoir triompher dans ce combat. Mais les démons ne sont malheureusement pas les seuls dangers qui menacent le monde libre…

Le moins qu’on puisse dire, c’est qu’on entre vite dans cette histoire ! Pas vraiment d’introduction, on est tout de suite au cœur de l’action, avec les démons à nos trousses. Les auteurs annoncent clairement la couleur : il sera surtout question de combat et de violence. Cette entrée en matière se révèle très efficace et nous épargne les trop longs prologues censés décrire l’antériorité du récit.


Mais pour rendre un scénario, somme toute assez basique, lisible et palpitant, il faut avoir un dessinateur de qualité. Kim Byung Jin remplit parfaitement son office, apportant mouvement et dynamisme à ces nombreux combats. On aurait pu s’attendre, dans un titre de ce genre, à une violence plus évidente (même si la première scène est un modèle de cruauté…), avec plus de sang et de détails. Cette retenue est finalement plutôt bienvenue, car elle permet de faire exister le fond de l’intrigue : une série de baston, certes, mais pas que.

Warlord démarre bien, au plus près de l’action, et parvient à faire émerger un scénario qui, s’il ne sera sûrement pas le plus abouti qui soit, aura au moins le mérite d’être plus qu’un faire-valoir à la violence. Les dessins de Kim Byung Jin, toujours en forme, jouent un rôle évidemment essentiel. A noter qu’il sera invité lors de la prochaine Japan Expo, du 4 au 7 juillet 2013.




Scénario & Dessins : Kim Byung Jin / Kim Sung Jae
Editeur : Ki-oon - Série en cours - 2 tomes.  
© KIM Byung Jin, KIM Sung Jae, Daewon C.I. Inc. 


Vous avez aimé cette chronique ? Pensez à vous inscrire à la newsletter et/ou au flux RSS pour être informé des prochaines publications.


Get this Related Posts Widget

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

COUP DE COEUR DU MOMENT :

un titre ? un auteur ?

REJOIGNEZ-NOUS SUR FACEBOOK

DOSSIERS / GUIDES

ARCHIVES