Soda - Un ange trépasse - tome 1

. . 5 commentaires:
David Solomon, dit SODA est un flic de la police de New-York. Pour préserver le cœur fragile de sa vieille mère, il lui fait croire qu'il est pasteur depuis qu'il habite à Manhattan.

Maintenant que son père les a quittés, elle vit avec lui au 416 Church Avenue. SODA est contraint de continuer à lui mentir, bien que régulièrement il envisage de lui dire la vérité et d'arrêter le métier. Les vingt-trois étages qu'il parcourt en ascenseur lui permettent de se changer, passant de son habit religieux à son ensemble jean, veste de cuir et Colt Python.


Ce premier album débute avec la poursuite d'une voiture de police par un corbillard réquisitionné par SODA. Alors qu'il escortait Larcey, une jeune femme soupçonnée de possession de stupéfiants, elle profita d'une courte absence de l'officier pour lui fausser compagnie. Maintenant Larcey est dans la nature et il n'y a pas que SODA qui la recherche activement. Un tueur est à ses trousses, apparemment certaines personnes ont tout intérêt à faire taire cette ancienne infirmière...

Philippe Tome (Berceuse Assassine, Spirou et Fantasio) nous présente déjà dans cette première histoire un très bon aperçu de ce que sera la série par la suite : de l'humour, de l'action, des intrigues et des morts violentes. La relation de SODA avec sa mère et le subterfuge qu'il utilise pour la protéger sont souvent source de gags. Il n'est pas rare qu'il doive intervenir contre les truands alors qu'il porte encore son habit de pasteur. L'enquête n'est pas très longue (les albums de SODA sont des "one-shot"), c'est surtout le cheminement de l'arrestation des coupables qui nous occupe ici.

Les dessins de Luc Warnant (qui illustre les deux premiers tomes et sera remplacé ensuite par Bruno Gazzotti) sont assez typiques de la BD belge. Les rues de New-York sont détaillées et chaque figurant a une personnalité propre. L'action est plutôt bien découpée, les angles de vue maîtrisés. L'humour de certaines scènes ressort aussi beaucoup par les illustrations.

Un bon premier album, avec une histoire sympathique bien que moins complexe que les suivantes, mais qui constitue une bonne introduction pour découvrir le personnage.

Néanmoins, les aventures de SODA étant des histoires en un seul volume, il n'est pas forcément nécessaire de commencer par ce premier numéro, la série pouvant être débutée par n'importe quel tome.




Sénario : Philippe Tome - Dessins : Luc Warnant
Editeur : Dupuis - Collection Repérages Dupuis - Série en cours - 12 tomes.

Vous avez aimé cette chronique ? Pensez à vous inscrire à la newsletter et/ou au flux RSS pour être informé des prochaines publications.

Get this Related Posts Widget

5 commentaires:

  1. j'aime beaucoup l'histoire, les dessins et aussi le caractère du personnage.. j'avoue, Soda est un de mes chouchous :)

    RépondreSupprimer
  2. Comme toi, c'est un de mes personnages de BD favoris, mais + à partir de l'arrivée de Gazzotti sur la série. (j'adore ses dessins)

    RépondreSupprimer
  3. Très bonne série, même si ce n'est pas mon tome préféré.
    Enfin, j'aime ce tome là pour son ambiance "New-York années 90" avec la bonne dose de violence/humour.

    "J'ai hérité d'une tête solide de la part de mon père. La violence, je la tiens de New-York".

    Les meilleurs tomes sont pour moi ceux où l'on a le plus d'interactions entre SODA et sa mère.

    Comme lorsqu'il doit empêcher un assassinat et visiter sa mère à l'hopital toutes les deux heures. Ou bien quand sa mère est la cible de tueurs à gages. Raaah, j'attends vivement le prochain...

    RépondreSupprimer
  4. héhé, un connaisseur ;o)

    De toute ma période "Dupuis" Soda est LE personnage. Même si j'en adore beaucoup d'autre.

    Et c'est vrai comme je le dit brièvement dans l'article, la relation avec sa mère et le côté "je me fais passer pour un pasteur" c'est une des meilleurs choses dans Soda.

    Quant au prochain tome je ne sais pas du tout quand il est prévu, le dernier en date est quand même de 2005...

    RépondreSupprimer
  5. La série est terminée avec le douzième tome, malheureusement.

    J'ai eu beaucoup de mal avec le premier tome de Soda, surtout que je l'ai lu après "Lettre à Satan" et "Dieu est mort ce soir", qui sont pour moi les meilleurs. Le dessin est inégal, les personnages ont une grosse tête sur un petit corps, et le scénario pas original pour deux sous.

    En revanche, à partir du second tome et jusqu'au dernier, les histoires sont dynamiques, bien ficelées, et le dessin se tourne sur un style plus agressif et réaliste. Que du bonheur !

    RépondreSupprimer

COUP DE COEUR DU MOMENT :

un titre ? un auteur ?

REJOIGNEZ-NOUS SUR FACEBOOK

DOSSIERS / GUIDES

ARCHIVES