Ikigami - Préavis de mort - Motorô Mase

. . 3 commentaires:
Ça y est ! j'ai enfin lu les quatre premiers tomes de Ikigami ! Le moins que je puisse dire c'est que je ne suis pas déçue, loin de là. Ce concept d'anticipation permet des histoires originales qui, pour l'instant, ne sont pas répétitives.

Dans une société qui a décidé d'inculquer le prix de la vie à sa population, une mesure extrême est née et est devenue acceptée de tous : quand ils entrent à l'école, tous les enfants subissent la "vaccination pour la prospérité nationale". Dans ce vaccin se trouve une nanocapsule, elle est programmée pour tuer un jeune sur mille entre ses 18 et 24 ans.

Le jeune dont le sort est ainsi scellé n'est averti que 24 heures avant sa mort, par un employé municipal formé spécialement qui lui remet son préavis de mort : l'Ikigami. Une fois l'étonnement et l'effroi passé, les réactions sont alors très variées. Les regrets, l'injustice, le désespoir qui fait perdre la tête et tellement d'autres situations devant lesquelles les personnages se retrouvent en apprenant qu'il ne leur reste plus que quelques heures à vivre.

Chaque tome est composé de deux histoires distincts et chaque récit est indépendant. Le fil conducteur est l'employé de mairie qui remet les Ikigami. En plus de suivre les dernières heures des condamnés, nous assistons à l'évolution de l'état de conscience du fonctionnaire.

Les dessins de Motorô Mase ont bien évolués depuis "Heads". Les traits sont fins et détaillés, les expressions faciales très bien retranscrites. De nombreuses pleines pages et angles de vue audacieux viennent accentuer certains moments, tristes ou effrayants.

Les retournements en début d'histoires sont nombreux et on est parfois surpris d'apprendre quel est le personnage qui recevra l'Ikigami. Et si les réactions à la réception sont à peu près semblables, les agissements qui suivent sont tous bien traités et très réalistes. Les émotions sont variées et certains personnages arrivent même en peu de pages à nous faire ressentir de l'empathie envers eux et leur destin tragique.

Dans cette société qui encourage la délation et où l'on n'a pas le droit de s'exprimer contre la loi en public sous peine d'être condamné à se faire injecter la capsule, on en vient assez rapidement à se poser cette question : Le plus horrible est-il le procédé ou la société qui en est arrivée la ?


Sortie du tome 5 le 28 de ce mois.

> chronique des autres tomes.



Scénario & Dessins : Motorô Mase - Editeur : Asuka - Série en cours – 4 tomes.
IKIGAMI © Motoro Mase / Shogakukan Inc.


Wikio


Vous avez aimé cette chronique ? Pensez à vous inscrire à la newsletter et/ou au flux RSS pour être informé des prochaines publications.



Get this Related Posts Widget

3 commentaires:

  1. Tu as de l'avance sur moi. Faut que je lise le 4ème opus.

    Tu comprends pourquoi j'en ai fait un des mes coups de coeur de l'année.

    Personnellement j'adore, je trouve ça très touchant et en même temps sujet à réflexion.

    RépondreSupprimer
  2. Bonjour, je lis ce blog régulièrement et je tenais juste à dire que ta critique d'Ikigami est très juste.

    Je suis moi-même libraire et je conseille énormément cette série que dégage beaucoup de sentiments. J'aime à penser qu'elle fera réfléchir ou du moins réagir le lecteur. C'est pour moi une oeuvre au niveau de la littérature plus classique et tellement loi des clichés du manga :)

    Merci de faire découvrir la série à d'autre :)

    RépondreSupprimer
  3. @Kameyoko : c'est en effet un très bon manga, qui gagne même en qualité au fil des tomes.

    @Zintag : Merci du compliment et bienvenue :o)

    RépondreSupprimer

COUPS DE COEUR DU MOMENT :

un titre ? un auteur ?

REJOIGNEZ-NOUS SUR FACEBOOK

DOSSIERS / GUIDES

ARCHIVES