Scarface - Marqué à vie - Layman / Croseland

. . 3 commentaires:
Le point de départ de ce Scarface en comic-book n'est pas de reprendre le célèbre film de Brian DePalma mais bien de lui consacrer une suite. Alors que l'on aurait cru cela impensable, Tony Montana a survécu à la mémorable fusillade qui l'a criblé de balles et laissé pour mort. Bien décidé à ce que le monde soit toujours à lui, le survolté Tony va tenter de reconquérir son ancien titre de roi de la drogue de Miami, et il ne fera pas bon de se dresser sur son chemin…

Flics ripoux, dealers, trafiquants d'armes, hommes de main et pulpeuses créatures, le cocktail qui a fait le succès du film est de retour.

Dans un style caricatural (n'espérez pas reconnaitre les acteurs…) et flashy, le Miami des années 80 est toujours aussi distrayant et la ballade au fil des pages fait immanquablement penser à un tour en bagnole dans les rues de GTA Vice City.

Carrément politiquement incorrect, rempli de dialogues orduriers (Montana apprécie toujours autant l'utilisation du mot "Fuck"), sacrément fun quand il s'agit de trouver des façons originales d'éliminer ses opposants (crocodiles, moissonneuse et autres joyeusetés…) ultra-sanglant et dynamique, le passage de Tony laisse des traces.

L'édition proposée par l'éditeur français Indeez fait fortement penser à ce que fait Delcourt (même format, couverture cartonnée, tranche noire) et les traditionnelles couvertures américaines et leurs variants sont présentes en bonus de fin d'ouvrage.

Le scénario tiens sur une ligne (de coke ?) et n'est que prétexte à plus de sang et de délires. Un comic déjanté et sans scrupules à l'image de son personnage.


Scénario : John Layman - Dessins : Dave Crosland - Editeur : Indeez - Récit complet.



Wikio

Vous avez aimé cette chronique ? Pensez à vous inscrire à la newsletter et/ou au flux RSS pour être informé des prochaines publications.



Get this Related Posts Widget

3 commentaires:

  1. C'est marrant cette propension qu'on les américains à faire des albums déjantés, sans scrupules, sans aucune morale, avec des insultes à chaque bulle, je pense à des titres comme wanted, transmetropolitan, Preacher...
    Perso j'adore mais je ne sais pas si la BD européenne est capable de faire des choses du même acabit.

    RépondreSupprimer
  2. et pourtant nous avons un vocabulaire tellement plus riche et varié qu'eux en terme d'insultes ;o)

    RépondreSupprimer

COUPS DE COEUR DU MOMENT :

un titre ? un auteur ?

REJOIGNEZ-NOUS SUR FACEBOOK

DOSSIERS / GUIDES

ARCHIVES