Batwoman : Elégie pour une ombre

. . 4 commentaires:
Avec Elégie pour une ombre, une revenante (re)fait ses débuts chez DC. Cousine de Bruce Wayne, celle qui se fait appeler Batwoman entend bien mettre un peu d’ordre dans ce bourbier urbain qu’est Gotham. Avec quelques modernisations au passage…

Batwoman, sous l’ombre tutélaire de Batman, cherche à en savoir un peu plus sur ce qui agite les douze clans du crime. Leur culte s’apprête à reconnaître un nouveau maître, la Haute Dame Alice. Entre chef de gang et souverain pontife, cette jeune fille aux allures gothiques cache, derrière une folie plus qu’apparente, de biens sombres desseins.

Au cours de cet affrontement, fondateur, nous en apprendrons beaucoup sur les origines de Batwoman, son enfance malheureuse, la disparition de sa sœur, son passage avorté à la prestigieuse académie militaire de West Point, et… son coming-out !

Batwoman a désormais (probablement momentanément) détrôné Batman et se pose en nouvelle protectrice de Gotham. Dans ce récit signé Greg Rucka (Gotham Central), on a droit à une introduction en bonne et due forme, avec origines, construction du personnage, passage en revue des gadgets et spécificités de sa combinaison,… Ces chapitres se révèlent les plus intéressants, bien que très entendus, reléguant assez loin derrière le cœur du récit et l’affrontement entre Kate Kane et Alice. J’ai eu du mal à accrocher à ce mélange culte/crime organisé et à son esthétique goth, trop fouillis à mon goût.

Quid de l’homosexualité de Batwoman ? Soyons honnêtes, le sujet est plutôt bien traité dans le sens où on évite la caricature et trop de scènes suggestives. Après, j’avoue que la prédominance de la question dans chaque chapitre ou presque rend la chose assez lourdingue. Quant à y voir une avancée des mœurs ou un truc du genre, difficile à dire… Entre volonté militante et argument marketing, mon cœur balance.

Cette Elégie pour une ombre ne m’a pas vraiment convaincu. De bons chapitres pour découvrir le personnage et son histoire, mais une intrigue plutôt laborieuse. J.H. Williams III en fait malheureusement trop la plupart du temps, avec des mises en pages surchargées et un peu caricaturales. Pas sûr que Kate Kane fera oublier Batman dans ces conditions.



Scénario : Greg Rucka - Dessins : J.H. Williams III - Editeur : Panini Comics - Collection DC Icons - Récit complet.  




Vous avez aimé cette chronique ? Pensez à vous inscrire à la newsletter et/ou au flux RSS pour être informé des prochaines publications.


Get this Related Posts Widget

4 commentaires:

  1. J'ai vraiment aimé la partie où on découvre le personnage, sa construction etc. Après j'ai moins accroché à la confrontation avec Alice mais la fin laisse des ouvertures et peut donner un super histoire avec des perso qui ont un fort background.

    Concernant les dessins, ils sont vraiment sympa et s'adaptent bien aux différents moments (Kate en civile, Kate en Batwoman et les flash back). Même si de temps en temps la mise en page fait surchargée et difficile à lire (surtout quand il y a Batwoman).

    Et je n'ai pas ressenti l'allusion constante au fait qu'elle soit lesbienne, le seul cliché un peu trop appuyé (pour moi) c'est la confrontation avec la belle-mère.

    Enfin bref, malgré quelques petits trucs, j'ai quand même aimé!

    RépondreSupprimer
  2. Mon impression plutôt négative reste basée sur l'album en question. Après, vous avez raison, il y a un background qui peut se révéler intéressant par la suite.

    RépondreSupprimer

COUPS DE COEUR DU MOMENT :

un titre ? un auteur ?

REJOIGNEZ-NOUS SUR FACEBOOK

DOSSIERS / GUIDES

ARCHIVES