The Unwritten - tome 2 : une aventure vertigineuse et efficace

. . Aucun commentaire:
Après une entrée en matière des plus emballantes, où réalité et fiction littéraire se côtoient à travers le destin de Tom/Tommy Taylor (voir la chronique du premier tome pour le pitch), on attendait confirmation du potentiel de la série. Avec ces sept nouveaux épisodes, aucun doute, The Unwritten s’annonce comme une aventure vertigineuse et diablement efficace.

Après la tuerie perpétrée dans la villa Diodati, Tom Taylor, naturellement soupçonné, se retrouve emprisonné dans l’attente de son procès. Extradé vers la prison de Roncevaux, il a pour compagnon de cellule un certain Savoy, accusé de braquage à main armée. Il apprendra vite que ce dernier est journaliste, infiltré afin de rendre compte sur son blog des journées de son médiatique compagnon de cellule.

Mais ce qui au départ n’est qu’un épisode carcéral classique, avec ses menaces, ses craintes, sa dureté, tourne vite au cauchemar quand un commando pénètre une nuit dans l’enceinte de la prison, aidé par le directeur Claude-Louis Chadron, afin de supprimer purement et simplement Tom Taylor. Ces évènements précipiteront le destin de Taylor, et commenceront à confirmer l’intuition née dans le premier tome sur son origine.
Le scénario monte clairement en puissance dans ce second tome. Le début possédait un charme certain, avec son côté décalé, les références à Harry Potter, et l’absurdité de la situation ; mais il amorçait déjà le sérieux de l’histoire, son côté noir qui se développe désormais. Mais les auteurs n’abandonnent heureusement pas les moments de légèreté et d’humour.

On avait déjà évoqué un concept intéressant, celui de géographie littéraire, sans que l’on sache précisément dans quelle mesure il serait utilisé. On découvre désormais d’autres pistes incroyablement riches en possibilités : l’intertextualité et la puissance de la maîtrise du Verbe en tête. Tous ces éléments étant mis en perspective dans un jeu de mise en abîme vertigineux.

Graphiquement, le travail se complexifie à mesure que les frontières entre réalité et fiction s’estompent. Et Peter Gross, aidé dans sa tâche par des assistants « finitions », s’en sort admirablement, en particulier dans les épisodes Jud Süss et Les contes du bois des jolis songes.

The Unwritten, après des débuts prometteurs, confirme et dépasse les espérances placées en lui. Mike Carey et Peter Gross exploitent au maximum les distorsions liées à la création littéraire et ne cessent d’interroger et de faire réfléchir le lecteur. C’est intelligent, distrayant et à multiples niveaux de lecture : passionnant !



Scénario : Mike Carey - Dessins : Peter Gross - Editeur : Panini Comics 
Collection 100% Vertigo - Série en cours - 2 tomes. 



Vous avez aimé cette chronique ? Pensez à vous inscrire à la newsletter et/ou au flux RSS pour être informé des prochaines publications.
Get this Related Posts Widget

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

COUPS DE COEUR DU MOMENT :

un titre ? un auteur ?

REJOIGNEZ-NOUS SUR FACEBOOK

DOSSIERS / GUIDES

ARCHIVES