Les étiquettes - Clarke

. . 2 commentaires:
Bien loin du style de sa Mélusine, son personnage le plus connu, Clarke se dévoile de façon très touchante dans « Les étiquettes ». Nous y retrouvons son superbe style graphique, mis en valeur dans un noir et blanc tout en finesse, mais pour le reste il s'agit plutôt de tranches de vie auto-biographiques, nous présentant un homme vulnérable, en proie aux doutes suite à son divorce.

C’est donc les petits bouts de la vie de Frédéric Seron (le vrai nom de Clark) qui nous sont racontés dans de courtes histoires. En tant que dessinateur de BD, il nous livre quelques anecdotes propres à son milieu (le travail en atelier avec d’autres auteurs, les festivals et séances de dédicaces, le rapport avec les éditeurs…) mais c’est surtout de sa vie personnelle dont il est question ici.

Peut-être utilisé comme une sorte de journal intime, à des fins thérapeutiques, Clarke n’use d’aucun subterfuge pour se mettre en valeur. Si le récit est très intimiste, notre homme s’y dévoile avec sincérité et toujours une petite dose d’humour et d’auto-dérision.

A la recherche d’amour et d’affection, Frédéric rencontre quelques demoiselles et vit de jolies histoires. En parallèle, sa vie familiale est parfois fragile et c’est avec beaucoup de pudeur qu’il nous décrit une visite bien douloureuse à son oncle (le célèbre Seron, auteur des « Petits Hommes » maintenant gravement malade) ou encore ses adieux à sa maman, mourante. Mais l’histoire ne sombre jamais dans le pathos, le gratuit qui voudrait nous attendrir trop facilement. Au contraire, on y voit une sorte d’exutoire qui rend Frédéric encore plus humain et proche de nous.

J’ai eu la chance de rencontrer Clarke à l’occasion de la sortie de son album « Nocturne ». Accessible, l’homme m’avait tout de suite paru sensible, passionné par son métier mais un petit peu préoccupé. Les Etiquettes me confirme cette première impression en n’en rend le personnage qu’encore plus sympathique. Un très beau témoignage, émouvant, simple et réaliste.
 

Scénario & Dessins : Clarke - Editeur : Glénat - Collection Treize étrange - One Shot.  



Vous avez aimé cette chronique ? Pensez à vous inscrire à la newsletter et/ou au flux RSS pour être informé des prochaines publications.


Get this Related Posts Widget

2 commentaires:

  1. J'aime bien cet auteur et le cynisme qu'il est capable de mettre en oeuvre dans ses albums d'humour. Je suis intrigué par ce tournant mais ça donne bien envie quand même !

    RépondreSupprimer
  2. Chaque année il me fait délirer avec ses dessins en direct du Festival d'Angoulême. Cet album est vraiment beau et touchant (je sais je l'ai déjà dit ^^) Tu ne devrais pas être déçu :)

    RépondreSupprimer

COUPS DE COEUR DU MOMENT :

un titre ? un auteur ?

REJOIGNEZ-NOUS SUR FACEBOOK

DOSSIERS / GUIDES

ARCHIVES