Daredevil : Battlin' Jack Murdock

. . Aucun commentaire:
Ce 100% Marvel est un peu spécial. Bien qu'arborant son nom et ses couleurs, ce n'est pas réellement de Dardevil dont il s'agit ici, mais de l'histoire de celui qui influera toute sa vie, qui lui donnera cette soif de justice et ce besoin de combattre le crime pour défendre les plus faibles : son père, le boxeur Battlin' Jack Murdock.

Jack Murdock n'est pas un homme mauvais. C'est juste qu'il n'a jamais su faire grand-chose à part cogner. Sans vraiment devenir un criminel, il s'exécute en jouant les gros bras pour la mafia locale. Et puis il y a la boxe.

L'album débute sur un match au Madison Square Garden. Ce combat Jack aimerait vraiment le gagner, il sent qu'il en a les capacités et veut faire plaisir à son fils présent dans la salle, lui montrer qu'il est fort et solide. Seulement son "patron" en a décidé autrement… il devra se coucher au quatrième round…

Au fil des round qui servent ici de chapitres, nous suivons les pensées de Jack ainsi que les flashback sur ce qu'ont été les événements les plus douloureux de sa vie. Ses séances d'intimidation chez les mauvais payeurs de son patron. L'alcool, ami d'infortune et de désespoir. Sa femme, Maggie, qu'il aime et qui le quitte, pour revenir quelques mois plus tard et lui laisser un bébé : le petit Matthew.

Jack n'a plus que cet enfant comme témoignage de son histoire avec celle qui fut la femme de sa vie. Il fera tout son possible pour l'éduquer de sorte qu'il ne finisse pas comme lui et aille dans le droit chemin. Alors, quand Matt devient aveugle après leur violente dispute, Jack sombre un peu plus, se sentant responsable. Il est bien loin de s'imaginer que son fils deviendra un jour "le diable de Hell Kitchen".

Zeb Wells (Venom : les origines) nous livre un comic plutôt intimiste qui éclaire la vision de Jack Murdock sur certains éléments que nous connaissions déjà par bribes. Ce père qui veut à tout prix défendre un fils qu'il croit faible car devenu aveugle est touchant, voir même extrêmement émouvant pour quiconque connait déjà son histoire et comment elle finit.

Carmine Di Giandomenico ( Spider-Man : Noir, Magneto : le Testament ) fait une fois de plus des merveilles. Ce dessinateur possède un réel talent pour illustrer les histoires poignantes et ses personnages ont des regards qui en disent long sur leurs souffrances et amertumes.

Un très bon moment de lecture, pour tous ceux qui s'intéressent de près ou de loin à l'histoire de l'homme sans peur.



Scénario : Zeb Wells - Dessins : Carmine Di Giandomenico
Editeur : Panini comics - Collection 100% Marvel - Récit complet.



Wikio


Vous avez aimé cette chronique ? Pensez à vous inscrire à la newsletter et/ou au flux RSS pour être informé des prochaines publications.



Get this Related Posts Widget

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

COUPS DE COEUR DU MOMENT :

un titre ? un auteur ?

REJOIGNEZ-NOUS SUR FACEBOOK

DOSSIERS / GUIDES

ARCHIVES