Metronom’ tome 2 - Corbeyran / Grun

. . 5 commentaires:
Sorti en mars 2010, le premier tome de Metronom’, intitulé « Tolérance zéro », mettait en place un univers quasi-carcéral, désenchanté, et inaugurait une intrigue aux multiples enjeux et protagonistes. Lynn, sans nouvelles de son mari parti en mission spatiale, trouvera de l’aide auprès de Floréal, journaliste idéaliste décidé à dénoncer les agissements du pouvoir. Cette quête familiale nous laissait entrevoir des perspectives évidemment bien plus graves et tentaculaires.

D’emblée nous voici replongés dans cette atmosphère étouffante avec la détention de Floréal, soupçonné d’être l’auteur de ce fameux conte transgressif intitulé Metronom’. Isolement, torture psychologique, bref, que du bon ! Bénéficiant d’un soutien inattendu, il se voit offrir une libération conditionnelle, qu’il mettra de suite à profit pour reprendre contact avec Lynn et poursuivre son enquête. Son bienfaiteur leur en donnera les moyens, sans oublier d’y ajouter ses conditions : direction la station orbitale « Fish eye »…

Si l’on était intrigué à la fin du premier, la lecture de ce deuxième tome nous tient nettement plus en haleine, en jouant notamment la carte de l’action et d’un rythme grandissant au fil des pages. L’intrigue se resserre autour du mystérieux « mal » qui semble toucher le mari de Lynn et impose quarantaine et secret-défense. Et, paradoxalement, ce qui était censé être le cœur de l’œuvre au départ, à savoir le mystérieux ouvrage déposé à l’intention du Président, se dégonfle quelque peu. Ce qui n’est pas pour me déplaire, n’ayant que très peu goûté aux passages du livre en question reproduits dans le premier tome. J’avais trouvé le procédé un peu laborieux, tant au niveau du texte que du dessin.

Graphiquement, Grun tient la barre et excelle toujours autant dans la transcription d’une ville qui emprunte de plus en plus au baroque stalinien. L’air semble toujours aussi vicié (finalement pas autant que les instances dirigeantes), ce que la colorisation rend palpable. Les traits de ses personnages ont également, me semble-t-il, gagné en souplesse ; les postures sont plus naturelles et nettement plus expressives.

« Station Orbitale » vient donc confirmer que Metronom’ porte en elle le potentiel d’une grande série d’anticipation. En recentrant l’intrigue, Corbeyran a trouvé une véritable cohérence dans son scénario. Car, finalement, je crois que c’est en se pliant aux codes qu’une œuvre d’anticipation émerge. Pour preuve, « Universal War One » de Denis Bajram, qui sur une trame très classique s’impose comme un sommet du genre. Arrivé à mi-course de la tetralogie, Corbeyran et Grun sont sans aucun doute sur la bonne voie.



Scénario : Eric Corbeyran - Dessins : Grun
Editeur : Glénat - Collection Grafica - Série en cours - 2 tomes.



Vous avez aimé cette chronique ? Pensez à vous inscrire à la newsletter et/ou au flux RSS pour être informé des prochaines publications.


 
Get this Related Posts Widget

5 commentaires:

  1. "Gothique Stalinien" ?!!! je ne savais pas que Staline s'intéressait à l'architecture, je ne crois pas que les Goulags puissent être des monuments classés "formidables" dans l'histoire.
    Si on veut prendre une référence, c'est plus de l'architecture comme aiment à l'appliquer le duo Peters & Schuitten, là oui, je suis plus en accord. Surtout pour dans le domaine de l'anticipation. Voir un peu de Bilal dans son Paris apocalyptique de la trilogie Nikopol.
    "Le gothique Stalinien", je ne sais pas où vous êtes allé chercher ce terme là ... mais ça dépasse l'effet du rire.

    RépondreSupprimer
  2. Le terme est usité, et c'est ce que m'évoque cette architecture oppressante, surdimensionnée, massive. Après, qu'on se comprenne bien, je n'ai jamais prétendu qu'il fallait y voir une quelconque vertu. Et d'ailleurs, cette administration toute puissante et totalitaire décrite dans Metronom' me semble assez proche de cette période noire que fut le stalinisme. Quelques exemples en suivant le lien ci-dessous:
    [[http://www.muar.ru/ve/2003/moscow/05e.htm]]

    RépondreSupprimer
  3. Effectivement Tristan tes exemples correspondent tout à fait à l'ambiance de ces albums.

    RépondreSupprimer
  4. Je pense qu'on a là une très grande BD de SF...

    RépondreSupprimer
  5. Toujours pas de tome 3... Ca commence à faire long, surtout que le tome 2 était décevant.

    RépondreSupprimer

COUP DE COEUR DU MOMENT :

un titre ? un auteur ?

REJOIGNEZ-NOUS SUR FACEBOOK

DOSSIERS / GUIDES

ARCHIVES