Uchronie[s] : New Byzance - New Harlem - New York - Epilogue

. . 1 commentaire:
Il y a un an jour pour jour (drôle de coïncidence ^^) je chroniquais New Byzance après avoir réalisé un petit article présentant la série "Uchronies" orchestrée par Eric Corbeyran. Cette série au concept original s'est achevée fin février, avec la sortie de l'album "Epilogue".

J'attendais impatiemment ce dixième tome afin de lire la série dans son ensemble, d'une traite. Avant de vous en dire plus à ce sujet, je tiens à souligner l'importance de lire les différents tomes dans leur ordre de parution (New Byzance 1, New Harlem 1, New York 1, New Byzance 2 etc). En effet, pour saisir toutes les subtilités et les recoupements de cette histoire plutôt complexe, c'est ainsi qu'il vous faudra la découvrir. Une démarche pas évidente je vous l'accorde, mais captivante.

Le concept de la série repose donc sur ces fameuses uchronies, ces réalités alternatives, bâties à base de "et si…". Deux des titres qui composent la série sont des uchronies (New Byzance et New Harlem), le troisième quant à lui (New York) se déroule dans notre réalité.
Dans New Byzance la ville de New-York est devenue New Byzance depuis que l'islamisme a éliminé le capitalisme suite aux attentats du 11 septembre. Les grattes-ciels ont maintenant des allures orientales. New Harlem illustre une société dans laquelle Les noirs sont aux plus hautes fonctions avec à leur tête le Black Order… Les blancs sont pauvres et vivent dans des ghettos. Dans le troisième titre, New York, Un jeune homme se réveille après avoir passé dix ans dans le coma. Dans ses rêves il se voit, enfant, dans d'autres vies que la sienne.

Chacune de ces histoires parallèles repose sur des idées politiques et sociales fort bien pensées, mais également des thèmes scientifiques résolument actuels. Ajoutez à cela la capacité de lire l'avenir comme le passé, le voyage dans le temps et entre les dimensions et vous aurez une petite idée du contexte très riche dans lequel vous embarque ces uchronies. Évidemment des personnages sont communs à chacune de ces réalités, quant à leurs rapports et interaction, je préfère ne rien en dire pour vous laisser le découvrir par vous-même.
Chacun des sous-titres est composé de trois albums et est illustré par un dessinateur différent. L'ambiance et les magnifiques décors d'Eric Chabbert dans New Byzance sont ceux qui m'ont le plus enthousiasmée (je vous invite à ce sujet à relire ma chronique de ce titre). Les dessins de Djillali Defali dans New York sont également très bons, bénéficiant d'une colorisation remarquable et d'une influence très tournée vers les comics. A mon goût les illustrations de New Harlem sont celles qui offrent le moins d'originalité, avec parfois quelques faiblesses dans le trait de Tibery (en particulier dans certaines représentations des visages). Le dernier tome "Epilogue" est assuré par Eric Chabbert. Dans l'ensemble cette diversité de dessinateur reste cohérente et l'on reconnait assez bien chacun des personnages, en grande partie grâce à leurs représentations physiques comprenant de nombreux signes distinctifs.
Maintenant que la série est achevée, on peut se dire sans trop se tromper que cette expérience d'un scénariste collaborant sur une même série avec plusieurs dessinateurs en même temps est une assez bonne idée. Cela a permis que les tomes paraissent avec un rythme assez régulier, réglant ce qui est quelque-fois un problème dans la production de bande-dessinées européennes. Le fait d'avoir divisé ces histoires en sous-séries permettait également de simplifier ce partage des tâches et d'offrir à chacun des univers une identité graphique qui lui est propre.

Uchronies est une série proposant un concept ambitieux et qui a su largement relever le pari qu'elle c'était fixé. Avec ces thèmes classiques de science-fiction, traités de main de maitre par un scénariste qui savait effectivement très bien depuis le départ où il voulait nous mener, nul doute que ces dix albums devraient ravir les amateurs du genre. Il faut parfois s'accrocher pour suivre cette histoire décidément bien ficelée, mais en lisant les titres dans le bon ordre et sans trop laisser passer de temps entre les tomes, vous découvrirez une expérience de lecture tout à fait passionnante.


 
Scénario : Eric Corbeyran - Dessins : Chabbert/Tibery/Defali
Editeur : Glénat - Collection Grafica - Série finie - 10 tomes.



Vous avez aimé cette chronique ? Pensez à vous inscrire à la newsletter et/ou au flux RSS pour être informé des prochaines publications.
Get this Related Posts Widget

1 commentaire:

  1. Cette série est vraiment un must de la SF , je dois dire que j'ai relu l'intégralité de la saga avant de lire cet épilogue et je n'ai pas été déçu, j’étais passé à coté de plein de détails qui du coup m'ont sauté aux yeux. Par contre en ce qui concerne ce tome j'ai été un poil déçu par la toute fin que j'ai trouvé un peu facile et un poil bâclée.

    RépondreSupprimer

COUPS DE COEUR DU MOMENT :

un titre ? un auteur ?

REJOIGNEZ-NOUS SUR FACEBOOK

DOSSIERS / GUIDES

ARCHIVES