Akiba manga ça donne quoi ?

. . 9 commentaires:

Alors que le numéro 2 d'Akiba manga va sortir dans nos kiosques ce 25 février, faisons un petit récapitulatif de ce premier volume, dont les résultats de votes sont parus récemment.

Pour les explications sur le fonctionnement des prépublications du magazine ainsi que le système de vote des lecteurs, je vous invite à consulter cet article, qui contient également quelques planches donnant un rapide aperçu des sept séries publiées dans ce premier numéro.



Un mot sur Ankama édition

Ankama édition affiche clairement depuis un moment (et de plus en plus ces derniers temps avec une grosse augmentation du nombre de leurs publications) une réelle ambition de réaliser des ouvrages de grande qualité et de proposer une façon d'éditer plus graphique, moderne, stylée, finie que les éditeurs classiques de BD. Pour s'en convaincre il suffit de voir les petits détails non négligeables qui parsèment les albums de RUN, Florent Maudoux, Pozla et Eldiablo, Kieran et Ozanam et encore bien d'autres… Bref tout ceci pour dire qu'Ankama (attention je ne verse pas dans le fanatisme, j'avoue ne pas aimer tout ce qui sort de chez eux, question de goûts…) tente réellement de moderniser la BD européenne telle que nous la connaissons depuis maintenant un bon moment.

Une ouverture aux autres cultures

L'un des directeurs de publication d'Ankama édition n'est autre que Jean-David Morvan, scénariste de très bonnes séries telles que Sillage et Naja (entre autres) et grand connaisseur de BD de tout horizon. Dans le but d'insuffler à la BD une dimension plus "mondiale", accessible et attractive, JDM parcours le monde (et en particulier les pays asiatiques) à la recherche de talents méconnus dans nos contrées. Je fais ici un peu l'amalgame avec les nouvelles acquisitions de mangas par Ankama, ne sachant pas exactement qui a déniché les auteurs dont nous allons parler ensuite, mais l'on ne peut s'empêcher de faire le rapprochement avec une vraie volonté de la part de l'éditeur de proposer un nouveau catalogue manga (et si possible qui sort un peu de l'ordinaire).

C'est  donc dans cette optique que vient s'inscrire le magazine de prépublication Akiba (ben oui j'y viens quand même ^^). De plus, nous ne pouvons nier qu'essayer (là où d'autres se sont déjà cassés les dents) d'éditer un magazine de prépublication de manga en France avec des titres et auteurs inconnus est quand même assez couillu (reste à voir si le lectorat suivra).

Mais à part ça alors, Akiba manga ça donne quoi ?

Alors en premier lieu, côté édition c'est dans l'esprit de tout ce que propose Ankama : bien pensé et assez fignolé. En plus des sept premières séries proposées nous retrouvons un récit inédit de Shingo Araki (Ashita No Joe, Goldorak, Saint Seiya…) ainsi qu'un contenu éditorial purement "magazine" avec quelques chroniques de mangas (tout éditeurs confondus), des tests de jeux vidéos, des articles sur les coutumes japonaises et même des recettes de cuisine ! Dans l'ensemble les sujets devraient donc combler les plus geek d'entre nous.

La couverture du n°2 avec l'héroïne de "Terminus"
Pour ce qui est des séries en elles-même, le bilan est mitigé. Il y a forcément du bon et du moins bon, qui dépendra évidemment de l'appréciation, des goûts et attentes de chacun. Mais dans l'ensemble je dois dire que je suis assez d'accord avec les résultats des premiers votes, en particulier pour le titre le plus plébiscité, vu que c'est celui que j'avais moi-même choisi, à savoir "Terminus" (333 votes). La série ayant remporté le moins grand nombre de votes est "La Valse des Corps" (172 votes) et il faut bien admettre que c'est le titre le plus faible du magazine. Entre les deux cela se joue parfois à quelques voix près avec "Les 10 de Sanada" (301 votes), "Agents suicides" (264 votes), "La mort en grève" (261 votes), "Absynthe" (240 votes) et "Pandemonium" (196 votes).

Tout comme il est parfois très difficile de se faire un avis sur le premier tome d'un manga, je vous laisse juger de ce qu'il peut en être pour une vingtaine de pages. Le fait d'enchainer la lecture des histoires laisse également un peu perplexe, sentiment qui devrait s'estomper une fois plusieurs chapitres parus. Dans l'ensemble ce sont surtout le shojo et les seinens qui sortent du lot, le shonen étant un genre qui a décidément bien du mal à se renouveler.

Plus qu'une curiosité, Akiba représente une réelle opportunité d'apporter quelque chose de positif dans le domaine de la prépublication en kiosque, qui se fait bien trop rare dans notre pays. Gageons que les lecteurs sauront faire les bons choix et que le magazine proposera des lectures de plus en plus qualitatives (en tout cas on l'espère!).


Edit du 20/02/11 : ajout de la vidéo :



Vous avez aimé cette chronique ? Pensez à vous inscrire à la newsletter et/ou au flux RSS pour être informé des prochaines publications.

Get this Related Posts Widget

9 commentaires:

  1. "de proposer une façon d'éditer plus graphique, moderne, stylée, finie"

    J'ai l'impression que ce morceau de la phrase ne veut un peu rien dire. Editer des titres plus graphiques, modernes, stylées, finies ( comment ça 'fini' ? O_o ), OK, mais une façon d'éditer, je reste perplexe.
    Car bon, des séries qui restent/se font dégager en fonction des votes, je ne trouve pas ça très moderne comme conception d'édition.

    Quoiqu'il en soit, le domaine de la prépublication en kiosque a toujours été casse-gueule, quelque soit le genre de BDs publiés. Y'a guère que Spirou Magazine qui survit dans ce domaine. Donc je ne crois pas vraiment que Akiba va survivre. S'il réussit, tant mieux pour lui. Ce qui me rebute, c'est finalement les votes. D'un côté, ça peut permettre de tirer les séries vers le haut, mais d'un autre côté, ça veut aussi dire que, sous la simple pression des lecteurs, le magazine peut évoluer dans un sens totalement inintéressant, voir trop ciblé ou que la série que j'aime va se faire dégager. Sans compter que le boulot de rédacteur-chef perd un peu de son sens quelque part.
    Après, ça peut rester un bon moyen de lancer des jeunes auteurs. Mais je n'y crois pas trop.

    'fin, on voira. Peu de chance que je le lise en tout cas.

    "attention je ne verse pas dans le fanatisme"
    Un peu quand même :D
    Car bon, je ne suis pas certain que le fameux 'modernisme' porté par Ankama ne se retrouve pas dans d'autres collections d'autres éditeurs. Après, il est clair que Ankama mise particulièrement sur ce type d'oeuvre pour le peu que j'en vois. Mais bon... Si moderniser la BD franco-belge, c'est sortir des mangas, y'a comme un truc qui m'échappe là :p

    RépondreSupprimer
  2. Oui, il y a effectivement un truc qui t'échappes. Tu mélanges mon introduction où je profite du sujet pour parler du travail d'édition d'Ankama et le reste du sujet sur Akiba. Quand je parle de leur vision de l'édition, je cite des albums comme ceux de RUN, Florent Maudoux etc. Il serait hypocrite de dire que ces albums ne proposent pas un travail remarquable en terme d'originalité et de soin éditorial.

    Oui la prépublication en kiosque fonctionne très mal en France, ce qui est vraiment dommage car elle apporte une opportunité aux jeunes auteurs de se faire connaitre.

    Le principe des votes est largement instauré au Japon est fonctionne très bien, je ne vois pas pourquoi il serait mauvais chez nous et bon chez eux...

    Pour le fanatisme, tu te trompes, admettre qu'un éditeur fasse du bon boulot n'est pas du fanatisme. Quand je vois a quel point on peut par exemple cracher sur Panini, je ne vois pas pourquoi quand un éditeur fais quelque chose de bien on ne devrait pas le souligner (mais encore une fois je ne parle pas QUE de Akiba mais de l'ensemble des éditons d'Ankama).

    Pour ce qui est du travail des autres éditeurs il y a évidemment de très bonnes choses, surtout du côté de la BD indépendante, mais là ou Ankama se distingue, c'est dans une volonté affichée de faire de la BD "moderne" (et je ne parle pas de manga là) avec des codes parfois nouveaux ou peu exploités par les autres maisons d'éditions.

    Mais bon après, libre à toi de ne pas être d'accord avec tout ça ;o)

    RépondreSupprimer
  3. Je suis content du choix des lecteurs, qui peu ou prou est le même que le mien (j'avais voté 1- la mort en grève, 2- terminus et 3- les 10 de sanada).
    par contre, je suis étonné de la faiblesse du nombre de votes... j'ignore le tirage et le nombre d'exemplaires vendus, mais la formule a encore une sacrée marge pour faire un succès...

    en tous cas j'achèterai le numéro 2.

    RépondreSupprimer
  4. Le principe des votes a quand même de nombreux défauts :
    - le fait de mettre un carcan sur le fond des histoires
    - une pression sur l'auteur de la part des lecteurs qui n'est pas toujours judicieuse.

    Entre les séries qui se terminent à la va-vite parce que la série n'est plus considérée comme bankable (genre Shaman king) et les shônens qui ne se finissent pas ou passent par des phases à rallonge inutile et oubliées par la suite (le coup des éléments dans Naruto) parce que trop bankable, il y a quand même des effets de bord qui ne m'enthousiasme que moyennement. Certes, c'est un système qui peut marcher, après tout, c'est quelque part la base du système hollywoodien de caresser le consommateur dans le sens du poil en lui offrant ce qu'il veut.

    Du coup, j'ai tendance à trouver qu'il réduit d'office les possibilités de l'artiste. Je ne le trouve pas mauvais ni bon, juste qu'il pose des limites à la liberté d'expression quelque part. Car pour plaîre au plus grand nombre et continuer à exister, il est obligé de passer par un formatage. Ce que je trouve un peu dommageable. :)

    RépondreSupprimer
  5. @Mackie : oui le nombre de votes n'est pas forcément énorme, mais il doit y avoir des lecteurs qui ne s'y sont pas prêté dans le lot.

    @Corti : Je comprends ton point de vue sur le système de vote, mais il a le mérite d'offrir aux lecteurs les séries qu'ils ont envie de voir dans le magazine.

    Par rapport aux séries dont tu parles (Shaman King ou Naruto) je pense que si l'on arrêtait la publication à partir du moment ou le titre parait en série et volume relié, cela éviterai ces abus et laisserait plus de place à la nouveauté.

    Pour ce qui est du système Hollywoodien, c'est tout à fait ça et de plus en plus, il suffit de voir comment sont écrit les scénarios des séries TV américaines... Dans certains cas, cela peut aussi apporter du bon et remettre dans le bon chemin une histoire qui part un peu en vrille (mais je te l'accorde ce n'est pas toujours le cas).

    RépondreSupprimer
  6. iletaitunefois5@hotmail.fr19 février 2011 à 13:21

    Bon je souhaite quand même un bon week-end aux auteurs de La valse des corps et Pandemonium... futures victimes potentielles de cet étrange système de vote (si vous n'aimez pas... tapez "1" ; m'ouais... on pourrait imaginer autre chose quand même). Je trouve cette histoire de vote particulièrement dérangeante en fait (j'espère qu'ils ont prévu le suivi psychologique des auteurs jetés chez Ankama).

    @Ginie "@Corti : Je comprends ton point de vue sur le système de vote, mais il a le mérite d'offrir aux lecteurs les séries qu'ils ont envie de voir dans le magazine.". Là j'ai du mal à suivre : donc si je comprends bien c'est la loi de l'offre qui se plie à la demande - en d'autres termes la mort de toute création.

    Je peux comprendre que l'on s'intéresse à des concepts différents et à des nouvelles publications mais il me semble aussi assez important de défendre tout travail de création (je sais bien que le monde de l'édition est soumis aux lois du marché mais quand même...) : combien d'auteurs n'auraient jamais été publiés avec ce système s'il avait été généralisé ?...

    En tout cas merci pour ces sujets et ces débats, ça fait plaisir de lire un blog où on peut un peu discuter...

    RépondreSupprimer
  7. Bon alors, je suis tout à fait d'accord avec le principe de favoriser la création. Mais il ne faut pas se leurrer : quand un jeune auteur passe par le système classique pour tenter de faire publier son œuvre, il démarche les maisons d'éditions. Un premier "tri" est effectué dans un premier temps qui permet de filtrer. Si l'œuvre plait à la première personne, le bouquin passe alors en comité de relecture : ce sont plusieurs personnes qui lisent l'ouvrage et décident ensuite ensemble si ils l'éditent ou pas. Interviennent aussi dans ce processus les directeurs de collection.

    Prenons maintenant le cas de la prépub' avec vote des lecteurs : au final cela revient au même, c'est à dire que l'auteur est toujours soumis à l'appréciation d'un comité de lecture (en l'occurrence le "client") et si celui-ci juge l'œuvre peu ou pas intéressante il décide donc de sa durée de vie.

    La différence entre les deux est moindre, puisque au final il s'agit toujours de juger une création et de savoir si on lui laisse sa chance ou pas. Dans le cas d'Akiba, c'est limite mieux pour l'auteur qui a au moins la chance de rencontrer le public (la ou les éditeur filtrent et ne le publie même pas pour quelques chapitres).

    A noter que ce système est le même pour le cinéma, les séries TV, la radio etc. à chaque fois l'œuvre est jugée pour savoir si elle sera diffusée ou non. Il y a évidemment l'aspect artistique qui entre en jeu, mais bien sur l'aspect financier (les éditeurs ne sont pas des mécènes).

    Pour finir j'ajouterai qu'il suffit de lire le manga "Bakuman" pour entrer dans les coulisses de la prépublication et s'apercevoir que même si l'on formate les histoires afin qu'elles soient bien reçues du public, l'aspect créatif est loin d'être mis de côté.

    RépondreSupprimer
  8. Un avis interessant...
    Petite corrections:
    1-C'est un projet ankama PRESSE et non pas ankama EDITION
    2-Jean-david MORVAN n'a rien a voir la dedans, puisqu'il est chez ankama EDITION.
    Voici
    http://www.youtube.com/watch?v=HzJKpu2g3LA&feature=player_embedded

    RépondreSupprimer
  9. Oui je dis bien dans l'article que je fais volontairement l'amalgame entre le travail d'Ankama édition et Ankama Presse (pour ce qui est du travail de directeur éditorial de Jean-David Morvan également). Vos différentes remarques me portent à croire que j'aurai dû faire deux articles séparés pour aborder ces sujets, mais l'occasion de parler d'Akiba me semblait une bonne opportunité pour mettre un peu en avant le travail réalisé par Ankama Edition.

    Merci pour la vidéo très intéressante, je vais éditer le poste afin de l'y intégrer.

    RépondreSupprimer

COUPS DE COEUR DU MOMENT :

un titre ? un auteur ?

REJOIGNEZ-NOUS SUR FACEBOOK

DOSSIERS / GUIDES

ARCHIVES